Régions de montagne: la Suisse et l'Autriche main dans la main

Berne et Vienne ont signé mercredi un accord qui prévoit notamment la parution de publications communes sur le développement durable des régions de montagne pour aider les habitants d'altitude dans le monde.
07 août 2015, 12:01
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Des vache dans le village de Zinal, dans le Val d'Anniviers, photographiees le mercredi 9 novembre 2005. Les six communes du val d'Anniviers (VS) songent a fusionner, une conference de press a annonce cette decision a la presse aujourd'hui. Pour informer et convaincre leurs citoyens, les elus lancent une campagne de communication. Si la fusion se concretise, Anniviers deviendra la troisieme plus grande commune de Suisse. (KEYSTONE/Olivier Maire)

La Suisse et l'Autriche veulent faire bénéficier de leur expérience du développement durable des régions de montagne le plus grand nombre possible d'habitants d'altitude dans le monde. Berne et Vienne ont pour ce faire signé mercredi un accord de coopération.

Cet accord prévoit notamment la parution de publications communes sur le développement durable des régions de montagne, en collaboration avec le Centre de développement durable et de l’environnement de l’Université de Berne. Les thèmes tels que le tourisme de montagne durable ou les produits de l’agriculture familiale y seront au premier plan.

"Tant l’Autriche que la Suisse disposent d’une grande expertise basée sur une longue tradition en ce qui concerne le développement durable des régions de montagne", a déclaré mercredi le directeur de la DDC Martin Dahinden lors de la signature de l’accord. Cela leur donne aussi une certaine responsabilité morale par rapport à d’autres pays de montagne moins favorisés, a-t-il ajouté devant les médias à Berne.

Chef de la Direction du développement et de la coopération (DDC), M.Dahinden a signé le document pour la Suisse. L'Autriche était représentée par son homologue, directeur de l’agence autrichienne pour le développement, Martin Ledolter.

Retombées globales

Les deux pays du coeur des Alpes entendent susciter une prise de conscience, au niveau politique international, de la vulnérabilité des régions de montagne, cela d'autant plus que celles-ci ont une importance fondamentale pour le développement durable global. Et leurs problèmes - pollution de l'eau potable ou inondations - touchent également les habitants des zones situées en contrebas.

Il faut savoir que, sur la planète, les régions de montagne couvrent près d’un quart des terres émergées et qu'un cinquième de la population mondiale y habite. Elles représentent en outre des sources d’eau pour plus de la moitié de l’humanité.

Malgré cette importance évidente, ces régions ont tendance à être négligées. De plus, leurs habitants, souvent confrontés à la pauvreté et à la famine, subissent les effets néfastes de plus en plus perceptibles du changement climatique, souligne le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

L'Après-Rio

La Suisse et l'Autriche s'inscrivent dans la continuité de la Conférence des Nations unies sur le développement durable. En 1992 à Rio, la première de ces conférences a déjà reconnu l'importance des régions de montagne, celle de 2012, Rio+20 ayant précisé qu'elles nécessiteront un soutien particulier au cours des prochaines décennies.

Prochainement, la DDC soutiendra divers événements: en Suisse même, trois manifestations, à Verbier (VS), Scuol (GR) et au Musée alpin de Berne à l'occasion de la Journée internationale de la montagne, le 11 décembre; au plan international, le 2e Forum mondial de la montagne, à Cusco (Pérou) en 2014.

Longue tradition

La Confédération oeuvre depuis des décennies en faveur du développement durable des régions de montagne, rappelle le DFAE. Cela fait plus de 50 ans qu’elle réalise des projets spécifiques à ce type de régions, ou y participe, dans le cadre de sa coopération bilatérale.

Et de citer la réalisation d'un accès au réseau routier à l'intention de populations de villages isolés au Népal, un projet de gestion forestière participative au Bhoutan, ou un centre de recherche régional visant à mieux comprendre le phénomène du recul des glaciers et à prendre des mesures de prévention appropriées dans l’Hindou Kouch, au coeur de l’Himalaya.