Saccage du bar "Elvis et Moi": casseurs endormi ou amnésique

Trois des 19 personnes condamnées en décembre dernier pour avoir participé au saccage du bar "Elvis et Moi" en octobre 2008 ont comparu lundi devant la justice fribourgeoise. L'un des accusés a refusé de répondre aux questions du juge, un autre conteste farouchement les faits.
06 août 2015, 14:54
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
elvis

Trois des 19 condamnés en décembre pour avoir participé au saccage du bar "Elvis et Moi" en octobre 2008 ont comparu lundi devant la justice fribourgeoise. L'un des accusés a refusé de répondre aux questions du juge, un autre conteste farouchement les faits.

Le principal accusé a non seulement refusé de répondre au juge de police de la Sarine, mais a failli s'endormir au tribunal.
 
Toujours souriant, dodelinant de la tête, ce pépiniériste de 29 ans avait l'air d'être ailleurs. Au point que le Ministère public lui a demandé s'il n'avait pas fumé une partie de sa production horticole.
 
Le deuxième accusé n'accepte pas la peine prononcée contre lui car il n'était pas sur les lieux, a-t-il affirmé. Il a reconnu avoir suivi des amis à Fribourg pour sortir le soir.
 
Dans le train, il a appris qu'il s'agissait de participer à une manifestation anti-fasciste. A la gare, sa compagne, également sur le banc des accusés, a refusé de suivre leur groupe auquel s'était joint une trentaine de personnes qu'ils ne connaissaient pas.
 
Il a suivi l'équipée pendant quelques minutes, mais lorsque certains ont commencé à s'encagouler il a fait demi-tour. La tournure que prenaient les événements ne lui convenaient pas, a-t-il expliqué.
 
Mis en cause par un collègue
 
Ses explications n'ont convaincu ni le juge ni le procureur, qui l'ont "cuisiné", en lui rappelant que l'un des casseurs condamné l'a mis en cause à trois reprises.
 
Cela ne l'a pas démonté; à son avis, c'est une erreur d'un collègue ayant "une grande gueule". "C'était dur", a-t-il dit en aparté à son avocate à l'issue de l'audience. La troisième accusée sera entendue lundi après-midi.
 
Pour mémoire, en décembre dernier, 19 personnes avaient écopé de 60 à 120 jours-amende avec ou sans sursis pour avoir dévasté en octobre 2008 le bar "Elvis et Moi", à Fribourg.
 
Les principales infractions retenues sont celles de lésions corporelles simples, d'émeute, de violence ou menace contre les autorités et les fonctionnaires.