Saint-Gall: le Parti national suisse très surveillé

La police veille au grain, lors du rassemblement du Parti national suisse à Kaltbrunn, dans le canton de Saint-Gall.
22 oct. 2016, 22:07
/ Màj. le 22 oct. 2016 à 22:13
La police se félicite d'avoir réussi à éviter un affrontement gauche - droite.

La police saint-galloise veillait au grain samedi soir à Kaltbrunn à l'occasion de la réunion du Parti national suisse (PNOS). Aucun incident n'est à déplorer.

Vers 17h00, les forces de l'ordre ont toutefois dû disperser une contre-manifestation non autorisée d'une septantaine d'autonomes de gauche qui s'étaient rassemblés à la gare de Rapperswil-Jona, lieu supposé de la rencontre. Les participants scandaient des slogans comme "La police protège les fascistes".

Ils ont été remis dans le train pour Zurich. "Nous voulions empêcher une confrontation gauche-droite et nous y sommes parvenus", s'est félicité le porte-parole de la police saint-galloise Gian Rezzoli.

Le PNOS se réunissait samedi en vue de la création de cinq nouvelles sections. Ce n'est que vers midi que le lieu de la rencontre a été connu. De nombreux représentants des médias étaient sur place, mais rien n'a filtré.

Samedi dernier, la police saint-galloise a été prise de court lorsque 5000 spectateurs se sont rassemblés à Unterwasser, un village du Toggenburg, pour un concert de rock d'extrême droite. La police n'avait découvert le lieu de rassemblement que tardivement. Les amateurs étaient venus de toute l'Europe.