Scandale sexuel à Zoug: plainte contre Jolanda Spiess-Hegglin

Markus Hürlimann a déposé plainte le 1er avril contre Jolanda Spiess-Hegglin pour calomnie et diffamation. Le député UDC est soupçonné d'avoir abusé de sa collègue en utilisant de la "drogue du violeur".
07 août 2015, 15:18
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Jolanda Spiess-Hegglin ne se souvient plus de la fin de la soirée. Des tests sont en cours pour déterminer si elle a absorbé de la drogue du violeur.

Mis en cause dans le scandale sexuel qui secoue la vie politique zougoise, le député UDC Markus Hürlimann a déposé plainte contre sa collègue verte Jolanda Spiess-Hegglin. Elle le soupçonne d'avoir abusé d'elle en utilisant de la "drogue du violeur".

Elle est accusée de calomnie et de diffamation, ont indiqué les autorités de poursuite pénale du canton de Zoug, confirmant une information de l'hebdomadaire alémanique "NZZ am Sonntag". La plainte a été déposée le 1er avril.

La calomnie signifie qu'une personne en accuse une autre, alors qu'elle connaît la fausseté de ses allégations. Sur plainte, cette personne peut être punie d'une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d'une peine pécuniaire.

Début mars, Markus Hürlimann avait déjà annoncé qu'il comptait porter plainte et qu'il exigeait que la procédure pénale engagée contre lui soit classée. Malgré les résultats négatifs des analyses de sang, d'urine et de cheveux, le Ministère public avait indiqué qu'il poursuivait son enquête.

Plus aucun souvenir

Les faits incriminés se seraient produits après la fête arrosée célébrant l'élection du président du gouvernement Heinz Tännler (UDC) dans la nuit du 20 au 21 décembre. Jolanda Spiess-Hegglin affirme n'avoir eu, au matin, plus aucun souvenir de la fin de la soirée. Elle s'est rendue à l'hôpital pour faire des analyses de sang et d'urine.

L'hôpital a alerté le Ministère public qui a ouvert une enquête. Markus Hürlimann a depuis quitté la présidence de la section cantonale de l'UDC.