Seuls deux animaux de rente tués en 2011 dans le canton de Vaud

Seuls deux animaux de rente ont été tués par un grand carnivore dans le canton de Vaud en 2011. Ce bilan, le meilleur depuis l'an 2000, a été obtenu grâce aux mesures prises pour protéger les troupeaux (aides-bergers, chiens et enclos de protection).
03 août 2015, 19:23
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
loup_key

Lors de la période d'estivage 2011, seul un mouton a été tué par le lynx dans le Jura vaudois. Une chèvre a vraisemblablement été tuée par un lynx ou un loup dans les Alpes. C'est huit bêtes de moins qu'en 2010, a communiqué le canton aujourd’hui.

Le très faible taux d'attaque dans les Alpes est clairement lié aux efforts consentis par les éleveurs pour protéger leurs troupeaux. Au total 30 chiens de protection ont été financés par la  Confédération. Des aides-bergers et un civiliste ont été engagés sur le terrain.

Vaud au premier rang

Ainsi 90% des 7600 ovins et caprins estivant dans les Alpes vaudoises ont fait l'objet de mesures de prévention. Le canton de Vaud dépasse ainsi largement la moyenne nationale, qui se monte à 50%. Il se situe même au premier rang en matière de protection des troupeaux, relève le communiqué.

Au cours de l'hiver 2011-2012, le programme de suivi des grands carnivores en Suisse réalisera en collaboration avec le canton et les chasseurs une campagne de monitoring au moyen de pièges photographiques. Elle permettra d'estimer le nombre de lynx présent sur le territoire, en application du Concept Lynx Suisse.

Chiens et génisses

Actuellement, les lynx seraient une quinzaine sur le territoire vaudois. Aucun loup n'a été signalé cette saison, mais il s'agit d'un animal discret, a relevé Sébastien Sachot, conservateur de la faune.

Enfin, des tests d'intégration de chiens de protection ont été réalisés dans le troupeau d'un éleveur de génisse des Alpes vaudoises. Ils permettent d'anticiper les mesures à prendre lorsque plusieurs loups seront présents simultanément.

L'opération est compliquée, car les vaches n'apprécient guère les canidés, a expliqué M.Sachot. Les essais se sont néanmoins révélés concluants. Ils seront approfondis en 2012 sous forme de pâturage avec génisses et moutons.