Suisse - Union européenne: les électeurs seraient divisés sur les mesures d'accompagnement

L'électorat helvétique est profondément divisé sur la question des mesures d'accompagnement, selon un sondage de Tamedia auprès de 7'635 Suisses publié vendredi. Parmi les personnes interrogées, 17% n'avaient pas d'opinion.
10 août 2018, 07:20
/ Màj. le 10 août 2018 à 09:12
Cinq pour cent des Suisses considéreraient que les mesures existantes sont préjudiciables au marché du travail.

La Suisse doit-elle faire des compromis envers l'Union européenne (UE) sur la question des mesures d'accompagnement et, en particulier, sur la protection des salaires ? L'électorat serait profondément divisé sur la question.

Pour 38% des personnes interrogées, il ne faut pas faire de concessions, selon un sondage de Tamedia auprès de 7'635 Suisses publié vendredi. En revanche, 20% sont favorables à un compromis en faveur d'un accord-cadre avec l'UE et 5% considèrent que les mesures existantes sont préjudiciables au marché du travail et sont également favorables à des ajustements.

A lire aussi : Libre circulation: les mesures d'accompagnement soulèvent les critiques

En outre, 20% des répondants sont en faveur d'adaptations techniques uniquement. Toutefois, à leur avis, l'essentiel est que le niveau de protection des travailleurs ne change pas. Parmi les personnes interrogées, 17% n'avaient pas d'opinion.

La base de gauche ouverte au compromis

Au niveau des partis, les militants de gauche sont plus disposés à faire des compromis que les dirigeants du PS et des syndicats. Seuls 18% des sympathisants du PS et des Verts sont d'avis que la Suisse ne doit faire aucun compromis.

Les partisans de l'UDC sont eux particulièrement nombreux, 72%, à opter pour une position dure envers l'UE. Du côté des PLR et du PDC, les opinions sont plus favorables aux compromis. Ce sont respectivement 27 et 23 % seulement de leurs partisans qui se sont prononcés contre tout ajustement.

Le sondage a été réalisé en ligne les 6 et 7 août, soit avant l'annonce du boycott par les syndicats des négociations sur l'assouplissement des mesures d'accompagnement. Des personnes de toute la Suisse ont participé à l'enquête.