Spiritueux indigènes: le kirsch et le pruneau en chute libre, la pomme et la poire reprennent des couleurs

En Suisse, on a produit un quart de moins de spiritueux indigènes durant la saison 2015-16, notamment à cause d'une météo défavorable.
07 juin 2017, 14:40
/ Màj. le 08 juin 2017 à 09:09
La quantité de boissons spiritueuses produites durant l'exercice 2015-2016 à partir de matières premières indigènes s'est élevée à 12 106 hectolitres d'alcool pur.

 La production indigène de spiritueux a baissé de plus d'un quart. Les conditions météorologiques défavorables et la drosophile du cerisier ont eu un impact négatif sur les récoltes et donc la distillation 2015/16.

La quantité de boissons spiritueuses produites durant l'exercice 2015-2016 à partir de matières premières indigènes s'est élevée à 12 106 hectolitres d'alcool pur, selon la Régie fédérale des alcools (RFA) dans le rapport annuel publié mercredi.

L'eau-de-vie de pruneau a enregistré une baisse de 72% par rapport à l'exercice précédent. Ces quantités "médiocres" n'ont plus été produites depuis la Deuxième Guerre mondiale, précise le rapport. La production de kirsch a également diminué de 34%.

La production de spiritueux à base de fruits à pépins (pommes et poires) a elle "repris des couleurs". Après un fort recul, elle affichait une croissance de 4%.

Import-Export en hausse

L'importation de spiritueux a grimpé de 4% à 85'970 hectolitres d'alcool pur. Le volume d'importation a augmenté de 3% pour le whisky, de 6% pour la vodka et de 11% pour le rhum.

Quelque 1200 hectolitres de gin (+24%) ont été importés. Cette croissance est observée depuis plusieurs années pour la cinquième boisson spiritueuse préférée des Suisses, souligne la RFA.

Durant l'exercice précédent, 3361 hectolitres d'alcool pur ont été exportés. Soit 5% de plus que pour 2014/15.

Selon la Régie fédéral des alcools, le bénéfice net se monte à 249,3 millions de francs, soit 1,7 million de plus qu'une année auparavant. L'AVS et l'AI perçoivent 90% de ce bénéfice, les 10% restants étant alloués aux cantons qui l'utilisent pour remédier aux causes et aux conséquences de l'alcool.