St-Gall: la Fondation contre le racisme dépose plainte après le concert néonazi à Unterwasser

La Fondation contre le racisme porte plainte après le concert d'extrême-droite du weekend dernier à Unterwasser, dans le canton de St-Gall.
18 oct. 2016, 11:16
/ Màj. le 18 oct. 2016 à 16:16
Plus de 5000 sympathisants d'extrême-droite avait pris part à ce concert samedi.

Le concert de groupes d'extrême-droite à Unterwasser (SG) ne restera pas sans suite: alors que l'exécutif communal hésite, la Fondation contre le racisme a déposé plainte pénale auprès du Ministère public du canton pour violation de la norme pénale contre le racisme.

Près de 5000 personnes ont afflué samedi à Unterwasser, dans le Toggenburg, pour assister à un concert de groupes d'extrême-droite. La Fondation juge que les paroles des chansons présentées violent la norme pénale contre le racisme. Elle porte plainte contre le groupe suisse Amok, ainsi que les formations allemandes Stahlgewitter, Confidence of Victory, Exzess et Frontalkraft.

Le chanteur d'Amok a déjà été condamné pour menaces, discrimination raciale et port d'arme. Les formations allemandes sont quant à elles aussi très connues dans les milieux d'extrême-droite.

 

Informations erronées

Lundi, le maire de Wildhaus-alt St. Johann Rolf Züllig a indiqué que les autorités communales ont pris contact avec le Ministère public pour examiner si les paroles des chansons jouées samedi soir violent la norme antiraciste.

Les organisateurs de la manifestation sont aussi dans le collimateur du maire. Il estime qu'ils ont obtenu l'autorisation en donnant de fausses informations aux autorités.

Selon Rolf Züllig, les organisateurs ont indiqué qu'ils mettaient sur pied un concert pour de jeunes groupes suisses et qu'ils attendaient entre 600 et 800 spectateurs. En réalité, les groupes se sont produits devant plus de 5000 personnes.

Avec une telle affluence, l'événement devient public, a expliqué à l'ats le président de la Fondation contre le racisme Ronnie Bernheim. Or ce critère est déterminant en Suisse pour que le racisme soit punissable. La police st-galloise avait qualifié le concert de manifestation privée.

La balle est maintenant dans le camp de la police et du ministère public du canton. A eux de décider s'il y a eu violation de la norme antiraciste. Dans tous les cas, il faut tirer des leçons, car l'ampleur de l'événement est effrayante, estime Ronnie Bernheim. La Suisse est aujourd'hui "un paradis pour des activités néonazies".

Autorités surprises

Les autorités ont été prises "par surprise", selon le maire. Celui-ci assistait à un match de football à Werdenberg (SG) lorsqu'il a appris que plusieurs milliers de personnes se rassemblaient à Unterwasser.

La police cantonale st-galloise était informée qu'une telle manifestation était prévue de longue date dans le sud de l'Allemagne. Au dernier moment, les spectateurs ont été dirigés du point de rendez-vous à Ulm (D) vers Unterwasser. La police n'a appris le lieu véritable du concert qu'après avoir vu le flux de voitures et de cars qui se dirigeaient vers le Toggenburg.

Des agents étaient présents sur place, mais ils n'ont constaté aucun problème. Les policiers n'ont pas pénétré dans la salle pendant la manifestation.

Du jamais vu

D'après l'organisation antifasciste antifa, ce concert est une des plus grandes manifestations néonazies jamais organisées en Suisse. Les spectateurs sont venus de toute l'Europe. Sur son site internet, antifa s'étonne qu'un si grand nombre d'extrémistes de droite puissent entrer aussi facilement en Suisse.

De son côté, le Service de renseignement de la Confédération était au courant de la manifestation. Il a informé en ce sens les polices cantonales, dont celle de St-Gall, mais elles n'ont pas réussi à déterminer le lieu exact.

L'incident a également été abordé mardi par la commission de la politique de sécurité du National. Rien de nouveau n'a été révélé à l'issue de cette séance, mais Jakob Büchler (PDC/SG), membre de la commission, juge que cette manifestation aurait pu être évitée si une base juridique existait. Il envisage de déposer une intervention parlementaire lors de la prochaine session.