Stratégie climatique: «La Suisse doit viser la neutralité carbone dès 2050»

Ce jeudi en conférence de presse, la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a présenté la Stratégie climatique adoptée par la Suisse et définit les objectifs à atteindre dans les différents secteurs.
28 janv. 2021, 10:09
/ Màj. le 28 janv. 2021 à 11:56
Simonetta Sommaruga s'est exprimée ce jeudi devant la presse.

La Suisse doit ramener à zéro net ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050. Le Conseil fédéral a adopté sa stratégie climatique à long terme. Elle se base sur la loi sur le CO2 révisée, combattue par référendum.

Lovée au coeur des Alpes, la Suisse souffre particulièrement du réchauffement climatique. Certaines années ont connu une hausse de plus de 2,5°C par rapport à la période préindustrielle. «C’est deux fois plus qu’au niveau mondial», a pointé Katrin Schneeberger, directrice de l’Office fédéral de l’environnement, jeudi devant la presse.

La question n’est pas de savoir s’il faut agir, mais si on agit assez vite.
Simonetta Sommaruga, ministre de l’environnement

«Les dégâts du réchauffement climatique se voient déjà aujourd’hui», a complété la ministre de l’environnement Simonetta Sommaruga. Et de rappeler notamment l’approvisionnement en eau des vaches par hélicoptère lors de la dernière canicule. «La question n’est pas de savoir s’il faut agir, mais si on agit assez vite.»

Bâtiment et transports en tête

Le Conseil fédéral a donc adopté mercredi une stratégie climatique à long terme pour atteindre ses objectifs, déjà connus depuis 2019. La loi sur le CO2 révisée, adoptée en automne par le Parlement, y joue un rôle central. Elle permettra de réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre de la Suisse d’ici 2030 et pose les jalons en vue de la réalisation de l’objectif de zéro net pour 2050.

 

 

La stratégie fédérale ne propose pas de mesures concrètes. Elle indique seulement les domaines dans lesquels il faut agir en priorité, a précisé Simonetta Sommaruga. Elle montre aussi et surtout que l’objectif est non seulement nécessaire, mais réalisable et financièrement acceptable.

Concrètement, la Suisse devrait pouvoir réduire les émissions de gaz à effet de serre dans les secteurs des transports, du bâtiment et de l’industrie de près de 90% d’ici 2050. Les émissions des secteurs du bâtiment et des transports pourront être ramenées à zéro. Les carburants renouvelables et durables ainsi que les nouvelles technologies de propulsion utilisés dans l’aviation offrent eux aussi un potentiel de réduction des émissions.