Terrorisme: le Service de renseignement renforce ses effectifs dans les cantons

Le Service de renseignement de la Confédération va créer vingt postes supplémentaires dans les cantons pour faire face à la menace djihadiste.
07 août 2015, 15:09
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Stefan Blaettler, Praesident der Konferenz der kantonalen Polizeikommandanten der Schweiz (KKPKS), waehrend dem Point de Presse zur Bekaempfung von dschihadistisch motiviertem Terrorismus, die Task Force legt einen Bericht vor und setzt erste Massnahmen um, am Donnerstag 26. Februar 2015, in Bern. (KEYSTONE/Marcel Bieri)

Face à la menace de terrorisme djihadiste, le Service de renseignement de la Confédération (SRC) renforce les effectifs dans les cantons. Vingt postes supplémentaires seront créés. Cela porte à une centaine le nombre d'agents répartis dans les polices cantonales aux quatre coins du pays.

Après les événements de Paris en début d'année, le Conseil fédéral avait décidé de renforcer les effectifs du SRC de six postes et avait octroyé 2 millions de francs supplémentaires aux cantons pour la lutte contre le terrorisme.

Cette somme servira à la création des 20 nouveaux postes d'agents, ont indiqué jeudi les services de Stefan Blättler, président de la Conférence des commandants de police, confirmant une information de l'émission "Forum" de la radio RTS. La clé de répartition n'est pas connue, ce type de renseignement étant confidentiel, selon le SRC.

Mais certains cantons sont mieux dotés que d'autres selon la menace potentielle à laquelle ils sont exposés. La Confédération dépense déjà 8,4 millions de francs pour ces agents de liaison dans les cantons. Avec les deux millions supplémentaires, cela représente une centaine d'équivalents plein temps.

Vingt procédures sont actuellement menées contre des présumés djihadistes en Suisse. Le menace reste élevée, selon un bilan du Service de renseignement de la Confédération (SRC) rendu public fin février. La "task force" fédérale contre le djihadisme craint en effet la montée du phénomène des "loups solitaires".