Tessin: une frontalière laisse éclater sa colère contre une amende, son employeur la licencie

Une Italienne travaillant dans le canton du Tessin a exprimé sa colère sur les réseaux sociaux alors qu’elle venait de recevoir une amende. Selon elle, les policiers ont fait preuve de racisme. Son employeur l’a licenciée.
03 déc. 2018, 08:28
/ Màj. le 03 déc. 2018 à 07:20
L'amende de la frontalière lui aura coûté bien plus cher que le prix indiqué sur le papier. (illustration)

Mieux vaut parfois bien réfléchir avant de laisser éclater sa colère sur les réseaux sociaux. C’est la leçon que retiendra probablement cette femme italienne qui travaille dans le canton du Tessin.

Employée par une entreprise de Bioggio, la frontalière a eu la mauvaise surprise, dernièrement, de trouver une amende sur son pare-brise. Déjà énervée, elle laisse sa colère éclater lorsqu’elle constate que les autres voitures, immatriculées en Suisse, n’ont pas de contravention. 

«J’ai été stupide et j’ai foiré»

Emportée par la rage, l’Italienne décide alors de filmer la situation et de publier la vidéo sur Instagram, rapporte le quotidien Blick. Elle assure avoir reçu une amende parce qu’elle est frontalière: «Les policiers suisses sont les pires de tous. Ignorants et racistes», lance-t-elle en se filmant.

Mauvaise idée: une fois publiée sur son compte, la vidéo a circulé sur la toile, notamment sur Youtube. Et son employeur n’a pas tardé à être mis au courant. L’employée a été licenciée sans préavis. «Dans notre entreprise, un comportement adéquat, l’intégrité et le sens des responsabilités jouent un rôle important».

De son côté, l’Italienne regrette amèrement son geste. «Je n’ai aucune excuse pour ce que j’ai dit et fait. J’ai été stupide et j’ai foiré.» D’autant plus que si sa voiture avait été la seule à être amendée, c’est parce qu’elle était la seule à se trouver en dehors des lignes bleues.

 

 

par Marie Dorsaz