Tourisme: les nuitées restent stables en Suisse

Le secteur du tourisme prévoit une année stable au niveau des nuitées, voire même une légère hausse. Pour autant, la branche sort d'un hiver difficile et les perspectives d'avenir restent incertaines, en raison du franc fort.
12 avr. 2016, 15:37
/ Màj. le 12 avr. 2016 à 15:43
L'industrie touristique table sur une année stable, malgré un hiver en baisse et le franc fort.

"Nous avons derrière nous un hiver difficile", a relevé mardi devant la presse à Zurich Jürg Schmid, directeur de Suisse Tourisme, dans le cadre du lancement de la campagne d'été. Le chiffre d'affaires des remontées mécaniques a ainsi reculé de 6% par rapport à la saison hivernale 2014/2015 (période d'octobre à fin mars).

En considérant le chiffre d'affaires des quatre saisons d'hiver précédentes, la chute atteint même 10,4%, a précisé Jürg Schmid. Le constat est encore plus accablant à l'aune de la fréquentation des touristes européens, dont le nombre a dégringolé de 23% depuis 2010. "Un Européen sur quatre a disparu", a-t-il dit.

Baisse de la clientèle russe

Des facteurs d'ordre géopolitique ont de plus accentué le phénomène. Ainsi, frappés par les retombées des sanctions qui plombent leur économie dans le cadre de la crise ukrainienne, les Russes étaient 40% de moins à venir en Suisse par rapport à 2013. Alors que précédemment leur nombre ne cessait de croître.

Hors Europe, les nouvelles ne sont pas plus réjouissantes. Suisse Tourisme a évoqué les contraintes liées à l'introduction de passeports biométriques en Asie, qui a calmé une certaine ardeur à voyager. Sans compter le fait que les Asiatiques d'Extrême-Orient craignent les attentats dans les grandes villes européennes.

Dans ce contexte de mauvaises nouvelles, Suisse Tourisme a présenté les grands axes de sa campagne d'été. L'organisation faîtière va investir en marketing pas moins de 57 millions de francs avec trois objectifs: l'Europe, les marchés lointains, que sont l'Asie et l'Amérique et la Suisse, avec la promotion des vacances dans le pays.

Record d'hôtes suisses

Pour les clients européens, une clientèle de groupes est ciblée, provenant en particulier de l'Europe du Nord, dont le pouvoir d'achat élevé la rend moins sensible aux prix. Pour l'Asie et l'Amérique, les efforts iront vers les touristes voyageant individuellement.

En ce que concerne la demande indigène, elle sera sensibilisée par un message publicitaire prônant un tourisme lié à la découverte de l'inconnu et à l'émotion passer des vacances dans son propre pays. Les hôtes suisses ont généré d'ailleurs un nombre record de nuitées en 2015, à un peu plus de 16 millions d'unités.

Le nombre des nuitées est pour sa part attendu au moins en stabilisation, voire en légère croissance. Ainsi, il devrait progresser de 1,5% pour l'ensemble de l'année 2016 et même de 2,6% pour pour la seule saison d'été en rythme annuel, grâce aux touristes indigènes visés par la campagne publicitaire à venir.

La Suisse restera un pays cher

A plus long terme, la situation devrait rester difficile, estime Suisse Tourisme. La force du franc, même s'il y a une accoutumance au fil des mois, continuera à faire de la Suisse un pays cher. Sans compter une économie qui tourne au ralenti en certains endroits du globe et une menace terroriste censée demeurer un temps au moins.

Enfin, UBS pourrait apporter un coup de main à la branche cet été. La plus grande banque helvétique prévoit en effet pour ses clients des prix spéciaux, annoncés très avantageux, dès le mois de juin pour accéder à 35 montagnes dans les Alpes.