Réservé aux abonnés

Un défi pour la santé

15 nov. 2016, 23:55
/ Màj. le 16 nov. 2016 à 00:01

Jusqu’à un tiers des réfugiés arrivés en Suisse souffrent de problèmes de santé et ne peuvent pas assumer à plein temps un job ou une formation. La Conférence suisse de Santé publique a fait le point hier à Berne sur la question.

L’arrivée des réfugiés ne prend pas la Suisse au dépourvu, a déclaré le ministre de la Santé Alain Berset. Mais il est clair que les problèmes psychiques qui découlent parfois d’un exil compliquent l’intégration dans une nouvelle société. Sur ce point, la Suisse dispose clairement d’une certaine marge de manœuvre, a-t-il ajouté.

Pour Mario Gattiker, secrétaire d’Etat au...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois