Un rappeur condamné pour appel à la violence contre l'UDC

Dans une de ses chansons, un rappeur a attaqué verbalement 3 personnalités de l'UDC. Malgré la liberté d'opinion, l'artiste a été condamné à 6'000 francs d'amende avec sursis.
03 nov. 2016, 14:49
/ Màj. le 03 nov. 2016 à 14:51
Le conseiller national st-gallois Lukas Reimann (UDC) avait porté plainte contre le jeune rappeur.

Un rappeur de 27 ans habitant Pratteln (BL) est allé trop loin dans son attaque verbale contre des politiciens UDC. Il a été reconnu coupable d'appel public à la violence. Le conseiller national st-gallois Lukas Reimann (UDC) avait porté plainte.

La juge unique du tribunal pénal de Bâle-Ville a condamné jeudi le rappeur à une peine pécuniaire avec sursis de 75 jours-amende à 80 francs (6000 francs). La durée probatoire est de deux ans.

L'appel à la violence est sanctionné par 50 à 60 jours-amende, le reste de la peine concernant un incendie par négligence dans un appartement. La juge a confirmé à l'ats une information publiée par le site internet Online Reports.

La chanson en cause date de 2015. Le texte vise trois politiciens connus de l'UDC. Lukas Reimann avait dénoncé le rappeur à la justice. Le Ministère public avait condamné le chanteur par ordonnance pénale à 120 jours-amende à 100 francs (12'000 francs) avec sursis. Le chanteur avait fait recours.

Pendant le procès, le rappeur et son avocat ont invoqué la liberté d'opinion et plaidé l'acquittement. La juge a en revanche estimé que, dans la chanson, des actes violents et des noms sont concrètement formulés et peuvent ainsi donner à des gens l'idée de réaliser de tels actes contre les personnes citées.