Un travailleur social accusé d'avoir agressé sexuellement 21 garçons devant la justice bernoise

Le procès d'un travailleur social accusé d'avoir agressé sexuellement 21 garçons s'est ouvert ce mardi à Thoune, dans le canton de Berne. Agé de 44 ans, le prévenu a largement reconnu les actes qui lui sont reprochés.
07 août 2015, 14:26
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
pedophile

Neuchatel, 03 03 2009
PHOTO DAVID MARCHON

Le procès d'un travailleur social accusé d'avoir agressé sexuellement 21 garçons s'est ouvert mardi à Thoune (BE). Agé de 44 ans, le prévenu a largement reconnu les actes qui lui sont reprochés.

Cet homme est accusé d'avoir commis des actes d'ordre sexuel entre 1998 et 2011 sur des garçons dont il avait la charge. La plupart des victimes étaient âgées de 10 à 12 ans au moment des faits. L'accusé a exercé la profession de travailleur social dans les cantons de Berne, de Soleure et de Bâle-Campagne.

Des aveux

Devant le Tribunal régional à Thoune (BE), l'accusé a fait preuve de repentir. Il a demandé à être condamné à une mesure thérapeutique. L'homme ne conteste pas les accusations du Ministère public, mais explique n'avoir jamais fait usage de violence physique ou avoir eu recours à des menaces.

Cet ancien travailleur social, qui reconnaît avoir eu à l'époque des faits un comportement de manipulateur, demande à poursuivre la thérapie entamée dans une structure psychiatrique de la prison. Ce traitement lui aurait permis de prendre conscience de ses actes.

La représentante du Ministère public a requis une peine de réclusion de huit ans, suspendue au profit de mesures thérapeutiques institutionnelles. En raison d'un risque de récidive jugé élevé, la procureure demande au tribunal de prononcer une interdiction d'exercer pour une période de 5 ans.

D'après l'accusation, ce quadragénaire a trompé la confiance que les enfants, les parents et les enseignants avaient placée en lui. Ce travailleur social a utilisé ses compétences éducatives pour abuser de façon éhontée d'enfants en difficulté, selon le Ministère public.

Mesures thérapeutiques

La défense a estimé de son côté qu'une peine privative de liberté de six ans et demi était adaptée. Elle préconise aussi que cette peine soit suspendue au profit de mesures thérapeutiques institutionnelles. La défense ne s'oppose pas à une interdiction d'exercer de plusieurs années.

Le suspect se trouve en détention provisoire depuis début 2012 et fait l'objet d'une exécution anticipée de peine. Il doit répondre de multiples contraintes sexuelles, de viol, d'actes sexuels avec des enfants et de pornographique. Le verdict est attendu mercredi.

Photos sur Internet

Selon l'acte d'accusation, la grande majorité des agressions ont été commises en majorité dans l'appartement du travailleur social ou dans des cabanes de montagne. L'accusé est aussi soupçonné d'avoir pris des photos de ses jeunes victimes pour ensuite les échanger sur Internet.

L'affaire avait été découverte en janvier 2012. Une mère de famille avait alors déclaré à la police bernoise qu'un homme avait agressé sexuellement ses enfants. Le travail d'enquête avait permis d'identifier d'autres victimes. Finalement, l'homme a pu être identifié grâce aux images qu'il avait partagées sur des forums Internet.