Une association dénonce les conditions d'élevage des porcs en Suisse

Une association de défense des animaux alémanique dénonce avec des images à l'appui les conditions d'élevage des porcs en Suisse.
07 août 2015, 14:07
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
cochon

L'organisation de défense des animaux alémanique tier-im-fokus.ch dénonce les conditions "terribles" d'élevage dans les porcheries suisses. Dans un rapport, elle présente des images de dix exploitations dans quatre cantons soupçonnées de ne pas élever leurs animaux dans la dignité.

Les images, présentées vendredi par tier-im-fokus.ch (TIF), montrent notamment des porcs crottés, blessés et couchés sur du béton, des porcelets morts dans des seaux, ou encore des animaux qui ne peuvent plus marcher.

Pour Tobias Sennhauser, président de TIF, cette situation est insoutenable, mais pas surprenante. "Dans des conditions d'industrialisation croissante de l'agriculture, les animaux sont toujours davantage réduits au rang de marchandises, même en Suisse", souligne-t-il dans un communiqué.

Industrie dans le viseur

L'organisation de défense des animaux condamne "ce traitement violent de créatures vivantes" et appelle la Confédération et le monde politique à protéger la dignité de l'animal et à faire cesser les agissements "impitoyables" de l'industrie animale, "uniquement axés vers le profit".

La population doit en outre être informée de manière neutre et complète quant aux alternatives à la consommation de produits d'origine animale, écrit l'association. Cette dernière dit lutter pour l'intégrité de tous les animaux et veut promouvoir le végétarisme.

Exigences "insuffisantes"

Sur les dix exploitations dénoncées, seules deux semblent infliger de mauvais traitements à leurs animaux, constate pour sa part la Protection suisse des animaux (PSA). Au vu des photos et des vidéos, les autres respectent a priori le cadre légal, a indiqué à l'ats Cesare Sciarra, responsable des contrôles.

"Nous voyons de telles images tous les jours, il n'y a là rien de nouveau pour nous", a-t-il précisé. Ce dernier estime toutefois que les exigences minimales contenues dans la loi sur la protection des animaux sont insuffisantes.

De son côté, le directeur de suisseporcs Felix Grob n'exclut pas une violation de la réglementation sur l'élevage dans certains cas isolés. Il serait toutefois "faux" et "injuste" de généraliser a-t-il déclaré.

En Suisse, 7277 éleveurs de porcs ont été recensés l'an dernier. Le cheptel porcin est estimé à 1,485 million de têtes par l'Office fédéral de la statistique (OFS). Sur ce nombre, seuls 26'613 animaux sont élevés dans des exploitations biologiques.