Une pétition sur le net prend la Suisse pour cible

Des militants européens ont lancé cette semaine une pétition sur internet pour réclamer des mesures contre les paradis fiscaux. La pétition s'en prend également au "rôle de la Suisse dans la corruption et l'évasion fiscale".
07 août 2015, 11:13
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
argent

"Ces dernières années, les histoires de paradis fiscaux, de scandales bancaires, de blanchiment d'argent, de corruption des responsables publics se sont succédé pour faire les gros titres en Europe et dans le monde", peut-on lire dans le texte, en anglais, castillan et italien, expliquant l'initiative. La pétition a été lancée cette semaine par le groupe 'Transparency Europe' basé à Bruxelles.

"La fascination sans fin pour les détails scandaleux de ces affaires est terminée. Il est temps maintenant d'agir. C'est tout simplement l'avenir de la démocratie qui est en jeu."
 
L'onde de choc provoquée par l'ancien ministre français du Budget Jérôme Cahuzac, qui a avoué posséder un compte en Suisse après l'avoir farouchement nié pendant quatre mois, a eu des répercussions dans le reste de l'Europe.
 
Le Luxembourg a annoncé son intention de supprimer le secret bancaire pour les particuliers ressortissants de l'Union européenne de comptes sur son sol à partir du 1er janvier 2015.
 
"Aider les informateurs anonymes"
 
La Commission européenne a par ailleurs averti l'Autriche que refuser de modifier ses règles en matière de secret bancaire risquait de la placer dans une position "isolée et intenable". Vienne a répondu jeudi par sa ministre des Finances, Maria Fekter, que le Royaume-Uni et les Etats-Unis feraient bien de balayer devant leur porte.
 
Dans sa pétition, Transparency Europe demande qu'une commission "vérité" soit établie pour enquêter surle rôle de la Suisse dans la corruption et l'évasion fiscale La Confédération est le premier centre financier offshore mondial avec 1600 milliards d'euros d'avoirs, selon les estimations de Boston Consulting Group..
 
Le groupe appelle également à des poursuites pénales contre les responsables politiques et hauts fonctionnaires soupçonnés d'avoir placé leur argent dans des paradis fiscaux et à la création d'unfonds pour aider les informateurs anonymes.