Une plainte a été acceptée contre l'émission de TV alémanique "Puls"

Les défenseurs de la cause animale ont obtenu gain de cause contre l'émission alémanique de TV, "Puls". Ils avaient souligné que l'émission consacrée au botox n'avait pas signalé que les animaux subissaient des tests douloureux pour produire cette substance.
06 août 2015, 15:09
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Parce que l'émission alémanique "Puls" n'a pas fait état du traitement douloureux pour extraire le botox, une plainte déposée par les défenseurs des animaux a été acceptée.

L'Autorité indépendante d'examen des plaintes en matière de radio-télévision (AIEP) a accepté une plainte de défenseurs de la cause animale contre une émission de la télévision alémanique SF sur le botox. Le programme ne précisait pas que des tests douloureux sur les animaux sont nécessaires pour produire cette substance.

L'édition spéciale de 33 minutes sur la toxine botulique de l'émission médicale "Puls" diffusée le 2 janvier évoquait la découverte de cette protéine et les possibilités de l'utiliser médicalement ou pour atténuer les rides. Le magazine parlait aussi de l'ascension fulgurante des traitements cosmétiques au botox, un marché qui rapporte des milliards aux producteurs de cette toxine.

L'association contre les fabriques d'animaux a porté plainte, estimant que l'émission ne disait pas que la production de botox nécessite des tests qui font souffrir les animaux. Les responsables de "Puls" ont expliqué avoir renoncé à ces informations car l'émission thématisait seulement les possibilités d'application médicale.

Dans sa décision publiée mardi, l'AIEP estime qu'il n'était pas légitime d'omettre la problématique, reconnue sur le plan international, des expérimentations animales liées à la production du botox. Des centaines de milliers de souris meurent chaque année dans d'atroces souffrances en raison des tests de DL50 qui sont aujourd'hui encore nécessaires pour produire la toxine.

Comme "Puls" est un magazine de service et de conseils, il doit mentionner ces expérimentations animales pour que les gens puissent se faire une opinion. L'AIEP, qui a accepté la plainte par 5 voix contre 3, conclut que l'émission n'a pas présenté les événements de manière fidèle.