Une proposition de Johann Schneider-Ammann suscite le malaise

Roman Boutellier, le candidat proposé par Johann Schneider-Ammann pour diriger le futur Secrétariat d'Etat à l'éducation et à la recherche, n'a pas plu mercredi au Conseil fédéral.
06 août 2015, 09:03
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
jsa

Jean-François Steiert (PS/FR), membre de la commission de la science, de l'éducation et de la culture du Conseil national, a confirmé jeudi l'information publiée par la RTS et parue dans plusieurs médias. "Le nom de M. Boutellier a reçu un accueil au Conseil fédéral pour le moins mitigé", a-t-il indiqué.

M. Boutellier, né en 1950, préside le conseil d'administration de l'ancienne entreprise du conseiller fédéral bernois. Il est professeur et vice-président de l'EPF Zurich.

"Il me semble que cette solution pourrait être dommageable au domaine de la formation en général, en Suisse romande en particulier", a estimé le député fribourgeois.

Otto Ineichen (PLR/LU) regrette quant à lui que les conseillers du ministre bernois ne l'aient pas mis en garde. "Dans le coeur, Johann Schneider-Ammann est toujours entrepreneur", a-t-il déclaré au journal de la mi-journée de la radio RTS pour expliquer le choix de M. Boutellier.

Il s'est dit convaincu que le conseiller fédéral s'exuserait pour cette maladresse. Le ministre de l'économie est attendu jeudi après-midi devant la commission de la science, de l'éducation et de la culture du Conseil national.

Regroupement

Le Département fédéral de l'Economie ne fait aucun commentaire. "C'est une procédure en cours", résume son porte-parole Ruedi Christen. Cette nomination dépend du Conseil fédéral seul et n'est pas soumise à une quelconque commission parlementaire.

Le nom du futur chef du Secrétariat d'Etat à l'éducation et à la recherche est très attendu. Dès le 1er janvier, l'ensemble du domaine, de la formation professionnelle aux EPF en passant par le soutien aux universités, sera regroupé sous l'égide d'un seul responsable, au Département fédéral de l'Economie.