Une seconde personne arrêtée dans l'affaire de Corruption au SECO

Le Ministère public de la Confédération poursuit ses investigations dans l'affaire de corruption au SECO. Un suspect a été placé en détention préventive.
07 août 2015, 13:23
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Les juges de Mon Repos ordonnent à la justice neuchâteloise de prononcer un traitement des addictions ou un traitement ambulatoire.

L'enquête du Ministère public de la Confédération (MPC) dans l'affaire de corruption au Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) s'est étendue à deux personnes supplémentaires. L'une d'entre elles a été placée en détention préventive, a indiqué samedi le MPC confirmant une information du "Tages-Anzeiger" et du "Bund".

Le MPC n'a pas donné plus de détails dans sa réponse écrite. Selon les deux quotidiens, les deux personnes visées seraient l'ancien CEO et l'ancien directeur de l'entreprise informatique Fritz&Macziol impliquée.

Le cas de corruption présumée au SECO a été révélé il y a deux semaines. Un chef de service aurait attribué des contrats à prix gonflés à l'entreprise d'informatique zougoise, ainsi qu'à une de ses filiales. En contrepartie, il aurait bénéficié de voyages, billets VIP et de matériel pour une valeur de plusieurs dizaines de milliers de francs.

Un collaborateur du SECO se touve en détention provisoire depuis la semaine dernière. Selon des journaux, la personne arrêtée serait un chef de service, déjà soupçonné de corruption et suspendu de ses fonctions entretemps. Dimanche dernier, Dominique Babey, chef suppléant de la Direction du travail et probable supérieur direct du suspect arrêté, a demandé à être démis de ses fonctions.