Réservé aux abonnés

Vaccin, une seringue pleine de doutes

La question de la vaccination se pose très tôt pour les nouveaux parents. Certains se sentent pris en otages, alors que d'autres ont fait le choix du sans vaccin ou presque.
07 août 2015, 11:43
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_7320486.jpg

"Nous sommes plutôt critiques face à la vaccination" , explique Julie Ferrara, son dernier né, Milan, serré contre la poitrine. Cristian, son époux, s'occupe de Sandro, leur petit garçon de 4 ans. Malgré son scepticisme face à la vaccination, ce couple de Neuchâtelois, la trentaine, a fait administrer à Sandro l'ensemble des vaccins proposés aux jeunes enfants. "Les médecins mettent pas mal de pression sur les parents" , poursuit Julie. "Ils nous font peur. On se sent pris en otag...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois