Valais: une attaque au couteau fait un mort et trois blessés

Dramatique Noël en Valais. Une attaque au couteau a fait un mort et trois blessés dimanche à Bramois. Il pourrait s'agir d'un drame familial. Une instruction a été ouverte par le Ministère public et un appel aux témoins a été lancé.
26 déc. 2016, 09:28
/ Màj. le 26 déc. 2016 à 20:48
Fort déploiement policier à Bramois dimanche matin dans les gorges de la Borgne.

Après l'agression qui a fait un mort et trois blessés dimanche à Bramois (VS), les investigations se poursuivent et le secteur est resté bouclé toute la journée lundi. La police se borne à indiquer qu'il n'y a "personne de potentiellement dangereux dans la nature".

L'homme retrouvé mort dans la rivière n'a pas encore été formellement identifié et on ne peut affirmer qu'il s'agit de l'auteur de l'attaque, a indiqué le porte-parole de la Police valaisanne, Markus Rieder. Une chose est sûre, l'homme décédé et celui qui a été gravement blessé sont apparentés.

La drame a débuté dimanche vers 09h lorsqu'une femme d'une septantaine d'années, blessée par une arme blanche, s'est présentée aux urgences de l'Hôpital de Sion. Sur ses indications, la police s'est immédiatement rendue à Bramois, sur le chemin menant à l'Ermitage de Longeborgne.

Dans ce secteur, deux personnes ont été découvertes blessées, également à l'arme blanche: deux hommes, l'un d'une septantaine d'années et l'autre d'environ 30 ans. Ce dernier, grièvement atteint, a été héliporté à l'Hôpital de Sion.

Important dispositif

Un important dispositif de bouclage et de recherches a été mis en place par la police cantonale, en collaboration avec la Police municipale de Sion. Des recherches ont permis de découvrir à 15h30, dans le lit de la Borgne, le corps d'un homme décédé, parent du blessé grave.

Interrogé lundi dans le "19:30" de la RTS, le Père François Huot, recteur de l'Ermitage, a indiqué s'être occupé du septuagénaire blessé, "un habitué" des lieux: "Il saignait beaucoup à la joue et nous a dit qu'il y avait quelqu'un qui arrêtait les gens, les massacrait si on peut dire, les agressait pour qu'ils n'arrivent pas à monter".

Pas de motif religieux

A ce stade de l'enquête, aucun élément ni indice ne permet d'établir que l'agression a eu lieu pour des motifs religieux, souligne la police. Selon M. Rieder, l'arme utilisée était probablement un couteau.

D'après Le Nouvelliste, les faits se sont produits alors que les intéressés se rendaient à la messe de Noël à l'Ermitage de Longeborgne. Une instruction a été ouverte par le Ministère public et un appel aux témoins a été lancé. Selon M. Rieder, aucune autre information n'était attendue lundi.