Face au loup, le Canton renforce ses aides aux éleveurs

Le canton de Vaud a pris des nouvelles mesures pour permettre la cohabitation entre les prédateurs et l'activité des éleveurs.
11 mars 2021, 16:28
/ Màj. le 11 mars 2021 à 16:28
Cliché pris à la Dôle d'un loup, photo fournie par l'Etat de Vaud.

Le canton de Vaud prend de nouvelles mesures en faveur des éleveurs de bétail confrontés à la présence du loup sur le territoire. Décidées en accord avec les acteurs concernés, elles doivent permettre la cohabitation entre les activités humaines et les grands prédateurs. Une partie d'entre-elles seront mises en œuvre dès ce printemps à des fins de prévention.

Ces mesures adoptées par le Département de l'environnement et de la sécurité (DES) visent à renforcer le dispositif d'accompagnement et de soutien aux éleveurs. Premièrement, une analyse sera menée pour déterminer la vulnérabilité des alpages du Jura vaudois face au loup, a indiqué jeudi le Conseil d'Etat. Son diagnostic permettra la mise en place de mesures de protection au cas par cas pour la prochaine saison d'estivage, ajoute-t-il.

Le conseil aux éleveurs constitue une part importante de ce dispositif cantonal. Le mandat confié à Proconseils pour la protection des troupeaux sera renforcé dans son rôle de prévention, tout comme celui attribué à la Fondation Jean-Marc Landry pour l'accompagnement des éleveurs et le suivi du comportement des loups vis-à-vis du bétail et des mesures de protection, explique le canton.

Des discussions sont également en cours avec l'Office fédéral de l’environnement pour la prise en charge financière de l'installation de clôtures destinées à protéger les bovins, selon le gouvernement.

Aides-bergers et chiens de protection

L'engagement d'aides-bergers pour effectuer des travaux supplémentaires liés à la protection des troupeaux de bovins et d'ovins et leur encadrement par l’Association suisse pour le développement de l'agriculture et de l'espace rural (AGRIDEA), notamment dans le cadre du service civil ou de la réinsertion sociale, figure aussi parmi les mesures décidées par le DES.

Un groupe de travail sera également mis sur pied pour étudier la question des chiens de protection. Parallèlement, la population de loups va continuer à faire l'objet d'un suivi en collaboration avec la Fondation KORA, le Laboratoire de Biologie de Conservation UNIL ainsi qu'avec les autorités françaises pour le Jura vaudois.

Toutes ces mesures seront prises en charge financièrement par le canton. Elles viennent s'ajouter à d'autres démarches déjà engagées par le DES, notamment l'installation à titre d'essai d'une clôture de sécurité ou de tirs d'effarouchement. Les dommages causés par les grands carnivores continueront par ailleurs à être indemnisés par la Confédération et le canton, rappelle le gouvernement vaudois.

Inquiétude de députés

En décembre dernier, l'Etat de Vaud avait annoncé que deux moutons et un veau avaient été tués par des loups entre avril et novembre 2020. Mi-janvier, devant des députés du Grand Conseil inquiets, la ministre de l'environnement Béatrice Métraux avait justement répété que le canton discutait avec tous les acteurs concernés pour trouver "les mesures les plus intelligentes pour aider les agriculteurs".

"La chasse de cet animal doit devenir imminente car un grand prédateur qui n'a lui-même pas de prédateur restera toujours un problème", avait affirmé un parlementaire PLR. Un autre élu du même parti avait, lui, mis en garde contre le coût financier engendré par toutes les mesures qui seront prises pour assurer avant tout une cohabitation avec le loup. Le canton n'a articulé aucun chiffre pour l'instant.