Nelson Braillard, un regard sans entrave 2/4

Nelson Braillard, photographe de concerts, vit sa passion malgré son handicap.
02 mai 2016, 13:53
/ Màj. le 04 mai 2016 à 16:43
Nelson attend dans la foule le début du concert du Scott Bradlee’s Postmodern Jukebox aux Docks à Lausanne.

Après un premier concert plutôt tranquille à l'Usine à Gaz, Nelson Braillard s'attaque aux Docks de Lausanne, pour une soirée qui affiche complet.

 

Les Docks affichent complet 

Le premier défi pour Nelson, lorqu'il arrive aux Docks, une grande salle réputée à Lausanne, est de trouver une bonne place. Car la majoritairé des concerts affichent complet. Pas évident pour lui. Le local n’a pas de fosse (espace réservé aux photographes entre la scène et le public). Il y a une galerie au deuxième étage mais elle n’est pas accessible pour les fauteuils roulants. De plus, le public occupe les premières places très tôt.
 
C’est la soirée du Scott Bradlee’s Postmodern Jukebox. Un groupe de reprises, reconnu, dont le concert est sold out. Nelson se rend à la salle pour l'ouverture des portes. Il faut qu’il s’assure d'être aux premières loges une heure avant l’apparition des musiciens. Quand Nelson arrive, il repère déjà une grande file d'attente pour entrer dans le club. Après discussion avec les placeurs, il accède aux Docks, mais les premières places sont déjà occupées.

 


Nelson atteint avec entêtement la scène. Les gens s'écartent aimablement de sa route. Serré par les spectateurs, il ne pourra plus quitter sa place, impossible pour lui de se mêler à la foule avec le fauteuil. Il semble que la soirée ne sera pas productive. Cependant, après trois morceaux le photographe a récolté quelques bons clichés pour son portfolio.

Demain, retrouvez Nelson qui joue en terrain connu: Le Romandie dont il est l'un des photographes atittrés.

Par Sigfredo Haro