Nelson Braillard, un regard sans entrave 3/4

Nelson Braillard, photographe de concerts, vit sa passion malgré son handicap.
02 mai 2016, 14:07
/ Màj. le 04 mai 2016 à 16:07
Nelson se sert de toutes les postures possibles pour réaliser ses clichés.

Après une escapade à l'Usine à Gaz et une salle pleine aux Docks, le jeune photographe a travaillé en terre connue: Le Romandie, lieu avec lequel il collabore régulièrement.

 

 

Photographe maison 

Quatre jours plus tard, Nelson prépare à nouveau ses appareils photo. Un Fuji X100T et un Nikon D7200. Son prochain rendez-vous, Le Romandie à Lausanne, est un terrain de jeu connu pour lui puisqu’il est l’un des photographes bénévoles de l’association « ...e la Nave Va », qui exploite le club.
 
Le jeune photographe évite les escaliers qui amènent à l’entrée du site en utilisant l’ascenseur spécialement installé pour les personne à mobilité réduite. Une fois accrédité et ravitaillé, il prend position à côté de la scène. Il privilégie les «côtés» de scènes, parce que s’il ne peut pas bouger pendant le concert, il aura des images plus riches et variées.

 

Au programme: Émilie Zoé, une jeune musicienne habituée des clubs de l’arc lémanique et Scout Niblett, guitariste anglaise. Nelson maîtrise la lumière du club lausannois à la perfection. Sans se soucier de l’affluence du public, le photographe bouge doucement sa chaise roulante dans la première file, en harmonie avec la musique. Nelson est patient. Sa technique: ne pas se faire remarquer et profiter des espaces dès que possible.

Pour le dernier épisode du reportage sur Nelson, nous vous proposons le Cully Jazz et son magnifique cadre de Lavaux.

Par Sigfredo Haro