Ultimatum lancé aux occupants de St-Laurent à Lausanne

Menacés de renvois vers l'Italie et soutenus par le Collectif R, les réfugiés qui occupent l'église St-Laurent à Lausanne depuis début mars sont sommés de quitter les lieux d'ici à la fin de la semaine.
26 oct. 2015, 17:19
/ Màj. le 26 oct. 2015 à 17:21
Une manifestation s'était tenue en septembre devant l'église contre le renvoi des réfugiés.

Le Conseil synodal de l'Eglise évangélique réformée du canton de Vaud (EERV) lance un ultimatum au Collectif R. Il lui demande de libérer la salle paroissiale de l'église St-Laurent à Lausanne d'ici la fin de la semaine, faute de quoi une plainte sera déposée.

Le Conseil synodal estime que l'occupation n'est plus tolérable. Il demande que les locaux soient libérés et remis en état d'ici samedi à 8 heures, indique-t-il lundi dans un communiqué. Le Conseil et les pasteurs ont été informés de la démarche.

Le Conseil synodal a pris cette décision après s'être assuré auprès du Service de la population que les demandes de nationalisation de la procédure d'asile des cinq réfugiés ont été soumises au Secrétariat d'Etat aux migrations. Il a également vérifié que chaque réfugié dispose d'une place d'accueil à l'Etablissement vaudois d'accueil des migrants.

L'autorité exécutive de l'EERV constate que la protection de dernier recours des réfugiés ne semble pas nécessaire, dès lors que ceux-ci sortent régulièrement de la salle paroissiale de St-Laurent. Sans compter que l'occupation interfère de plus en plus avec les activités ecclésiales, dont certaines ne peuvent plus se dérouler dans ce lieu.

"On prend les mesures qui s'imposent. On espérait que le Collectif R aurait mis à profit la trêve accordée par le Conseil d'Etat dans les renvois forcés accordée par le Conseil d'Etat pour mettre fin à cette occupation", a déclaré Xavier Paillard, président du Conseil synodal.

Soutenus par le Collectif R, entre cinq et six Erythréens menacés de renvois vers l'Italie ont trouvé refuge à St-Laurent depuis début mars. Deux d'entre eux sont sortis du régime Dublin et tombés dans la procédure ordinaire.