Vaud: deux fourgons attaqués à la kalachnikov, le canton saisira le Conseil fédéral

Une nouvelle attaque de fourgons transportant des fonds s’est produite dans le canton de Vaud. Elle a eu lieu à la sortie d’autoroute de La Sarraz, vers 3 heures du matin. Les auteurs, armés de kalachnikov, ont pris la fuite. Le canton interpellera le Conseil fédéral.
23 août 2019, 18:27
/ Màj. le 23 août 2019 à 09:17
Des membres de la police scientifique inspectent trois véhicules calcinés qui sont visibles au niveau de la sortie d'autoroute de La Sarraz.

Une nouvelle attaque de transporteurs de fonds s’est produite dans le canton de Vaud. Deux fourgons ont été attaqués vendredi vers 03h10 à la Sarraz, l’un des deux réussissant à s’enfuir. Le Conseil d’Etat saisira le Conseil fédéral en urgence.

Les deux véhicules de transport de fonds ont dû s’immobiliser à la jonction autoroutière de la Sarraz (VD). Ils ont été bloqués «par plusieurs véhicules» sur la voie de sortie, indique la police vaudoise dans un communiqué. Les braqueurs ont incendié les véhicules utilisés.

Convoyeurs frappés

Le conducteur du deuxième fourgon a réussi à se dégager et à prendre la fuite, alors que ses collègues du premier véhicule ont dû sortir sous la menace d’armes de type kalachnikov. «Ils ont reçu des coups de leurs agresseurs», qui ont nécessité des soins médicaux, selon la police.

Les voleurs ont forcé le fourgon et se sont emparés du chargement, avant de mettre le feu aux véhicules. Ils ont également utilisé plusieurs autres voitures qui ont été incendiées entre Daillens et Penthaz. Le nombre exact de voleurs et de véhicules n’est pas connu pour le moment, relève le communiqué.

 

 

Attaques nombreuses

Les attaques de transporteurs de fonds, parfois très spectaculaires, se répètent dans le canton de Vaud. Pour rappel, le braquage d’un fourgon blindé s’est déroulé fin juin au Mont-sur-Lausanne, une année après un même événement à cet endroit.

Les voleurs avaient pu s’emparer d’une partie de l’argent. Ils avaient mis le feu à au moins six véhicules et s’étaient enfuis. En avril 2018, une attaque visant la même société de convoyage avait été commise au Mont, kalachnikovs à la main.

 

 

Assurer la sécurité de tous

Le gouvernement vaudois demande à son tour que la loi soit modifiée. «Au vu de la nature de cet évènement violent, il existe un intérêt public prépondérant à agir et à autoriser les transports de fonds la nuit avec des véhicules blindés lourds» a indiqué vendredi la conseillère d’Etat Béatrice Métraux. Elle confirmait une information publiée sur le site du Temps.

L’objectif est d’assurer la sécurité non seulement des transporteurs de fonds, mais aussi des citoyens qui pourraient se trouver confrontés à une attaque et des policiers qui doivent intervenir face à des auteurs lourdement armés, relève la cheffe du Département des institutions et de la sécurité.

«Il ne s’agit pas ici d’un problème vaudois, mais c’est la Suisse qui est visée car nous avons une faille dans le dispositif de sécurité des transports de fonds en particulier la nuit. Cela se sait dans les milieux du grand banditisme», note encore la ministre.

par Florian Sägesser