Vaud inaugure sa Maison de l’environnement

Le bâtiment qui abritera bientôt la Direction générale de l’environnement et ses collaborateurs a été inauguré jeudi.
09 sept. 2021, 14:18
/ Màj. le 09 sept. 2021 à 14:18
C'est la première fois en Suisse que la construction d'un complexe administratif de cette ampleur s'appuie sur du bois et de la terre crue, assure le canton.

Le canton de Vaud a inauguré jeudi sa Maison de l’environnement (MEV), réalisée presque exclusivement en bois local et terre crue. Le bâtiment va progressivement accueillir quelque 180 collaborateurs de la Direction générale de l’environnement (DGE).

Le conseiller d’Etat Pascal Broulis, en charge des bâtiments de l’Etat, a remis jeudi à sa collègue Béatrice Métraux, responsable de l’environnement, les clés du nouveau bâtiment administratif de Vennes, sur les hauts de Lausanne. Cette Maison de l’environnement accueillera dès octobre les collaborateurs de la DGE actuellement répartis sur cinq sites de la région lausannoise.


Béatrice Métraux et Pascal Broulis ont ouvert les portes de ce tout nouvel établissement. Photo: Keystone

Cette construction constitue une première: «C’est la première fois en Suisse que la construction d’un complexe administratif de cette ampleur s’appuie sur du bois et de la terre crue», explique jeudi le canton dans un communiqué.


La charpente et l’enveloppe extérieure de l’édifice de quatre niveaux ont été réalisées entièrement en bois. Plus de 4000 m3 ont été prélevés dans les forêts cantonales puis assemblés dans différentes entreprises vaudoises.

Peu de ciment

Le corps central du bâtiment est composé de briques en terre crue contenant 95% de terre et 5% seulement de ciment. Ces éléments ont été produits par une entreprise installée sur la Côte qui a développé un modèle exclusivement pour ce projet, souligne le canton.

Des pompes à chaleur géothermiques assurent le chauffage et 400 m2 de panneaux solaires photovoltaïques ont trouvé place sur le toit végétalisé. «La MEV a valeur d’exemple», a relevé Mme Métraux, citée dans le communiqué. «Elle doit encourager les collectivités publiques à privilégier les modes de construction alternatifs aussi souvent que possible». Le budget de 18 millions de francs a été respecté.