Réservé aux abonnés

Battante malgré les difficultés

Née dans un village «cul-de-sac» en Algérie, Bariza Benkler a atterri sur les rives du bassin lémanique. Une trajectoire atypique à la croisée des cultures
13 juil. 2016, 23:29
/ Màj. le 14 juil. 2016 à 00:01
DATA_ART_10313224

noémie deSarzens

morges@lacote.ch

Elle a vu le jour au sein d’une famille de huit garçons et de trois filles en 1948, dans un village situé à l’est de l’Algérie, à deux pas de la frontière tunisienne. «Je suis une enfant de la guerre», souligne Bariza. Malgré ce contexte difficile, elle passe une enfance très heureuse. Son village réunissait trois confessions religieuses (juifs, musulmans et chrétiens). Dans son village, il n’y avait que des militaires et des Pieds-Noirs, mais pas de grande famille coloniale. «On était comme une grande famille. Ma tolérance est née en moi, je n’ai pas connu la...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de 300 CHF par an