Affaire Maudet: le conseiller d’Etat genevois reste privé de son département

Le rapport de l’ancien juge fédéral Jean Fonjallaz publié mercredi critique les compétences de manager de Pierre Maudet, qui est décrit comme «autoritaire».
10 mars 2021, 15:15
/ Màj. le 10 mars 2021 à 18:35
Pierre Maudet a terminé deuxième du premier tour de l'élection complémentaire au Conseil d'Etat genevois.

Le conseiller d’Etat genevois Pierre Maudet ne reprend pas la tête du Département du développement économique (DDE). L’exécutif met immédiatement en oeuvre cette première recommandation de l’ancien juge fédéral Jean Fonjallaz.

A la suite deux diagnostics alarmants sur la gestion du personnel du DDE, le Conseil d’Etat a mandaté Jean Fonjallaz d’analyser son fonctionnement entre janvier 2019 et octobre 2020. Au vu de la «crise extraordinairement grave» dans laquelle le département s’est trouvé début octobre, l’ex-juge fédéral estime qu’il faut protéger les collaborateurs.

A lire aussi : Election au Conseil d’Etat genevois: l’ex-PLR démissionnaire Pierre Maudet crée la surprise

Rendue publique mercredi, la synthèse de son rapport d’expertise relève que Pierre Maudet, décrit comme «autoritaire», s’est vu confier un département de 35 collaborateurs en raison de ses déboires judiciaires, mais que ce département était bien trop petit pour «un homme politique si actif». A ce problème initial s’est ajoutée la crise économique en lien avec la crise sanitaire.

Pierre Maudet satisfait

Sur sa page Facebook, le conseiller d’Etat Pierre Maudet estime, pour sa part, que «le rapport de l’ancien juge fédéral remet les pendules à l’heure sur un certain nombre de points». Ainsi, l’expert «n’a recueilli aucun propos alarmant» sur l’éventuel risque d’une issue fatale, soit de suicide ou d’agression du magistrat.

 

 

Le rapport souligne aussi, selon M.Maudet, qu’il n’y a eu aucun usage des ressources de l’Etat à des fins privées «contrairement à ce qu’écrivait l’auteure du diagnostic». Le conseiller d’Etat reconnaît des cas de souffrance, qu’il déplore, et qui étaient dus à «l’exigence forte exercée sur mes cadres dans un contexte de crise aiguë».

La conseillère d’Etat Nathalie Fontanet reste en charge du DDE jusqu’à la nouvelle répartition des dicastères qui interviendra le 30 avril prochain, au lendemain de la prestation de serment du nouveau magistrat élu à l’issue du second tour de l’élection. Celui-ci aura lieu le 28 mars.