Le conseil d'administration des SIG entérine l'accord avec ennova

Les Services industriels de Genève mettent un terme à leur accord avec ennova.
07 août 2015, 11:58
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39

Le conseil d'administration des Services industriels de Genève (SIG) a entériné vendredi l'accord qui met un terme aux relations entre les SIG et la société ennova, spécialisée dans la production d'énergie éolienne. Ce divorce à l'amiable a fait l'objet d'ultimes négociations jeudi.

Les discussions de dernière minute ont permis d'amender l'accord. Ce dernier entrera en vigueur au plus tard le 31 décembre prochain, ont précisé les SIG dans un communiqué. Les SIG vont céder aux dirigeants et actionnaires d'ennova la part de capital de 20% qu'ils détiennent dans la société de production d'énergie éolienne.

Les SIG vont également se séparer de leurs participations dans les sociétés et projets développés par ennova. Cette dernière rachète aux SIG les parts pour un montant de 15 millions de francs. Ennova cède quant à elle les projets de parc éolien de St Brais et de Grandvent, dont la valeur est estimée à 8 millions de francs.

Eric Stauffer joue les intermédiaires

Les discussions qui ont permis aux SIG et à ennova de trouver un accord ont été menées sous l'égide du département de la sécurité, "avec la participation déterminante du député Eric Stauffer de part ses liens avec la société ennova", écrivent les SIG dans leur communiqué.

Les SIG continuent de croire au développement de l'énergie éolienne en Suisse. Dans leur communiqué, ils indiquent également ne pas douter "de la capacité d'ennova de mener à bien les projets qu'elle a étudiés et lancés". Le président d'ennova Claudio Zanini s'est déclaré "heureux de cet accord, satisfaisant pour les deux parties".

Les contrats des SIG avec ennova ont beaucoup fait parler d'eux. Il y a un peu plus d'un mois, le directeur général des SIG André Hurter avait donné sa démission après avoir pris connaissance de plusieurs audits qui révélaient des investissements à risque dans l'éolien jurassien et des dysfonctionnements dans l'entreprise semi-publique.

46 millions d'investisssements

Les SIG ont notamment versé 13 millions de francs pour acquérir le cinquième du capital-actions d'ennova. Ils ont par ailleurs avancé 33 millions de francs à la société pour financer des études de faisabilité. Ces investissements n'ont cependant pas débouché sur la production d'un seul mégawatt d'énergie éolienne.

Dans un communiqué, le Mouvement citoyens genevois (MCG), dont Eric Stauffer est le président d'honneur, estime "qu'une bombe financière" a été désarmorcée grâce à cet accord à l'amiable. Selon le MCG, les SIG avaient pris "des engagements dépassant très largement le milliard de francs" envers la société ennova.