Réservé aux abonnés

Faune et flore doivent migrer pour exister

Lausanne déploie un réseau vert pour la mobilité des espèces animales et végétales.
27 juil. 2016, 00:03
/ Màj. le 27 juil. 2016 à 00:01
DATA_ART_10340172

SOPHIE DUPONT, «LE COURRIER»

info@lacote.ch

La mobilité est un casse-tête, surtout dans une ville qui se densifie. Et elle le devient encore plus lorsqu’on a six pattes, deux ailes, ou qu’on ne mesure pas plus de quelques centimètres. Les espèces animales, mais aussi végétales, souffrent des difficultés de déplacement en ville.

Lausanne, à l’instar de Genève, Nyon et d’autres villes romandes, s’est dotée d’un plan mobilité pour la faune et la flore. Nommée réseau écologique ou corridor biologique, cette toile d’araignée qui pénètre la ville est essentielle à la survie des espèces. «En vivant dans...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois