Réservé aux abonnés

«L’esclave est considéré comme un objet»

L’auteure a écrit «Bakhita», un roman très fort sur une esclave du Soudan, affranchie et convertie au christianisme en Italie. Passionnant, il vient de recevoir le Prix du Roman Fnac.
22 sept. 2017, 00:16
/ Màj. le 22 sept. 2017 à 01:21
DATA_ART_11529693

Au début, il y avait la lumière et la douceur de sa mère. Puis sa grande sœur a été enlevée, dans la violence et le feu. C’est la première perte. Et à 7 ans, seule à la sortie du village contrairement aux recommandations de sa mère, c’est elle que deux hommes enlèvent. Les violences se succèdent, inimaginables, jusqu’à ce que le consul d’Italie l’amène en Italie, où après un procès retentissant, elle entre dans les ordres. Elle aide les orph...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois