Réservé aux abonnés

Le malakoff, témoin d’un lien social

Le petit beignet venu du pays des tsars est rapidement devenu une star de La Côte. Croustillant dehors et moelleux dedans, il a tous les ingrédients pour nourrir les traditions vivantes vaudoises. Et alimenter ainsi le patrimoine immatériel du canton.
03 déc. 2018, 17:03 / Màj. le 03 déc. 2018 à 17:03
Une assiette de malakoffs de l'auberge de Luins.

Lors du recensement du patrimoine immatériel dans les cantons, piloté par l’Office fédéral de la culture en 2011, il avait été spécifié que la nourriture y serait peu ou pas incluse. En effet, l’association Patrimoine culinaire suisse, fondée en 2004, recense quelque 400 références. Néanmoins, comme l’explique Ariane Devanthéry, conservatrice du patrimoine immatériel et traditions vivantes pour le canton de Vaud, certains incontournables vaudois n’apparaissent pas dans...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois