Réservé aux abonnés

Le périple de Marina, des eaux d’Iguazù à celles du Léman

Marina Cavelti a quitté l’Argentine en 1988. Elle a rencontré l’amour en Suisse. Et un travail idéal.
22 déc. 2016, 00:33
/ Màj. le 22 déc. 2016 à 00:57
DATA_ART_10786547

marion police

morges@lacote.ch

Dans son salon aux teintes chaleureuses, Marina Cavelti a pris soin de sortir un drapeau argentin et un drapeau suisse. Elle les a disposés sur une table, tout près d’un sachet de «yerba mate», la plante que les Argentins infusent pour préparer le «maté». «Je n’en bois jamais le soir, sinon je ne dors pas. Il y a beaucoup de caféine dedans», explique-t-elle.

Marina Cavelti est née en 1960 à Corrientes, ville du nord de l’Argentine située sur la rive gauche du Rio Paraná, un fleuve immense qui se jette dans l’Atlantique. A la fin de sa scolarité, à 17 ans, ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois