Réservé aux abonnés

Le rêve tourne au cauchemar

Une cohabitation difficile avec le voisinage la force à fermer le «bistrot» qu’elle exploitait depuis quatre ans. Le «coup de gueule» d’Emilia Marques.
11 juil. 2016, 00:05 / Màj. le 11 juil. 2016 à 00:01
Morges, mercredi 6 juillet 2016

Portrait d'Emilia Marques, contrainte à fermer son restaurante La Caravela à Morges



Sigfredo Haro Portrait Emilia Marques, Morges

martine rochat

martine.rochat@lacote.ch

«J’ai du chagrin. C’est un grand bonheur qui s’en va. Quand j’ai dû mettre fin à mon activité, cela a été, toutes proportions gardées, un peu comme de perdre un bébé.» Patronne de La Caravela, Emilia Marques parle de sa tristesse, suite à la fermeture du café-restaurant, le 30 juin dernier, quatre années après son ouverture. Le point final, en substance, d’une aventure morgienne dans le domaine de la restauration, qui a débuté huit années auparavant, avec la mise à l’eau d’une première Caravela, sur la rue Louis-de-Savoie. «La Caravela, c’était m...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois