Les Saint-Preyards se sont appropriés leur scène Luna

La sphère a été inaugurée mercredi avec des sociétés locales.
06 août 2015, 10:53
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_6321645.jpg

dsandoz@lacote.ch

Le Choeur mixte de Saint-Prex a été la première formation musicale à se produire dans la nouvelle infrastructure scénique du festival St Prex Classics mercredi soir. La direction du festival avait convié la population à une soirée entre Saint-Preyards, autour des sociétés locales pour consacrer la mise en service de "Luna", un soir avant l'ouverture du festival à proprement parler.

Une heure avant le début de cette soirée, les rues du bourg restaient peu animées en l'absence de stands et de buvettes. Certains voisins de Luna et de son chantier, bruyant comme tout chantier, qui dure depuis plus de trois semaines expriment plus ou moins ouvertement leur courroux. Les critiques entendues reprochant à la manifestation - et à sa scène inédite - de prendre trop de place dans le vieux village. Mercredi, on pouvait redouter un désaveu de la population locale. Pessimiste, un des organisateurs estimait qu'une soirée avec plus d'une centaine de personnes serait un succès. "Dans le bourg, les avis sont partagés, pour ou contre le St Prex Classics, environ à 50-50" , estime un résident de la place de l'Horloge.

 

Une avant-première décontractée

 

Mais, par grappes entières, les Saint-Preyards - car la soirée n'avait pas fait l'objet de publicité hors de la commune - sont arrivés, curieux et fiers de franchir parmi les premiers cette porte sous l'horloge qui débouche sur la scène. L'affluence a excédé les 400 personnes.

Il y avait encore des câbles sur le plateau, un pont roulant en fond de scène, le piano à queue et le clavecin sous leurs housses en guise de décor. Du coup, personne ne s'est senti mal à l'aise d'entrer dans cette salle de spectacle éphémère en short et en tongs, dans une tenue adaptée à cette chaleureuse première nuit sous cette lune de Saint-Prex.

Le Choeur mixte a donc été le premier à se frotter à l'acoustique. En la matière, le crescendo qui a vu ensuite défiler les accordéonistes de l'Aurore, puis la Fanfare de la Verrerie a permis de tester l'acoustique. Celle-ci a su mettre en valeur la relative modération des chanteurs jusqu'aux puissantes résonances des cuivres.

 

L'espace a pris vie

 

Le public, emballé, a même entrepris de taper des pieds sur les gradins de bois. De quoi mettre en joie Hazeline van Swaay, directrice du festival et Dieter Dietz, l'architecte concepteur de cette salle hors norme. "Luna a été bien baptisée, j'en suis très reconnaissante aux Saint-Preyards" , s'est félicitée la directrice du festival qui se déroule jusqu'au 2 septembre.