Morges: la technologie au service de l'exercice de la démocratie

Après d’autres villes vaudoises, telles Nyon, par exemple, Morges fait appel au numérique pour décompter les bulletins lors des votes. Test en grandeur réelle le 18 mai 2014.

07 août 2015, 13:27
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Mle secrétaire municipal Giancarlo Stella, qui a suivi le dossier, évoque des chiffres éloquents, quant aux simplifications à attendre.

Fini les piles d’enveloppes empilées par paquets de cent et décomptées à la main par une escouade de scrutateurs fatigués et guettés par l’erreur ? A l’exemple de Nyon et de Lausanne notamment, Morges s’apprête à mettre la technologie au service de la démocratie, en recourant au service d’un lecteur optique pour les opérations de dépouillement.

La machine, acquise par la Ville, auprès du seul fournisseur agréé par le canton, sera testée pour la première fois à l’occasion du scrutin fédéral du 18 mai 2014. Elle permettra concrètement de scanner 3600 coupons en une heure, soit un à la seconde…

Une performance à même de faciliter grandement la tâche du bureau électoral, dirigé par le président du Conseil communal, Stéphane Dewarrat. Celui-ci en est certain : " à l’avenir, la dizaine de personnes mobilisées lors des scrutins organisés par la Confédération, pourra être réduite à trois, maximum cinq."

Une nouvelle qui prend tout son sens, alors que les bonnes dispositions tendent à se faire rares les beaux dimanches ensoleillés. Nécessitant un dispositif très lourd, une centaine de personnes en une journée, les élections, de par leur complexité, en lien avec la pratique de la proportionnelle, ne sont pas concernées en premier chef.

Sur le plan financier, le montant de 10 000 francs, affecté à cette dépense et retiré d’un budget 2014 déficitaire par souci d’économies, y a été réintroduit par le biais d’un amendement, accepté par les élus en décembre 2013, pour tenir compte des demandes exprimées par le bureau.  
Giancarlo Stella, secrétaire municipal, a géré le dossier dans le cadre de l’administration.

Lire aussi la Côte papier de jeudi