16

Nuria lancée pour de vrai

La syndique de Morges tentera de faire basculer la majorité à gauche. Elle promet la fin de la "frilosité" au Château.
04 août 2015, 01:52
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_5631574

ldistefano@lacote.ch

Comme prévu, elle a été plébiscitée par les délégués de son parti. Nuria Gorrite fera campagne aux côtés des sortants Pierre-Yves Maillard, Anne-Catherine Lyon et la Verte Bétrice Métraux. Si elle est élue, c'est également une nouvelle majorité féminine qui pourrait siéger au Château.

Au sein de ce ticket à quatre, votre cote de popularité actuelle ne risque-t-elle pas de faire de l'ombre aux deux candidates à vos côtés?

Non, il n'y a pas de dispersion. Les gens comprennent cette union de la gauche. Anne-Catherine Lyon a un bilan exceptionnel et Béatrice Métraux vient de recevoir la confiance des électeurs.

En cas d'élection, aurez-vous une attention particulière pour les dossiers qui concernent La Côte?

La région n'a pas de représentant au Conseil d'Etat depuis de longues années. C'est un coin particulier où le développement démographique et économique se manifestent avec plus d'intensité. Ma connaissance de la région sera alors utile pour relever les défis.

Quelles seront alors vos priorités?

Je plaide pour des investissements plus audacieux, par exemple dans le domaine des logements subventionnés. L'Etat de Vaud doit acquérir des terrains, la maîtrise foncière est fondamentale. En matière d'infrastructures, la frilosité n'est plus d'actualité. J'appelle également à cesser de tergiverser dans le domaine de la création de crèches et garderies.

Quitter la syndicature de Morges serait alors douloureux?

C'est un pesée d'intérêts. Mon parti me sollicitait depuis le mois d'août. Lors de la complémentaire, j'ai pensé qu'il ne fallait pas aller contre la candidate verte. Et tout cela aurait été précipité.

Et votre succession, vous y avez déjà pensé?

Il ne faut pas se tromper d'enjeu. Pour l'instant, nous entrons dans une longue campagne pour le Conseil d'Etat. Le calendrier est différent et il permettrait une transition en douceur à Morges. Et je rappelle que les Morgiens sont également des Vaudois.

Votre situation personnelle et vos origines espagnoles sont souvent mises en avant. Est-ce que cela contribue à la cote de sympathie dont vous bénéficiez?

Vous savez, même si j'ai grandi ici et que je me sens totalement suissesse, j'ai reçu une histoire de ma famille qui est indissociable de ma personnalité. Quant à ma situation personne lle ( ndlr: Nuria Gorrite est divorcée et élève sa fille de 14 ans ), au-delà de mon cas, je défends la liberté de choix pour chacun dans notre société.

Vous avez l'impression de vivre un état de grâce en ce moment?

Oh non. Quand je vois ces visages, je suis plutôt en état d'alerte face aux enjeux.