Antoinette a charmé le «Jean-Louis»

Antoinette Monnard a remporté deux prestigieux concours de dégustation: le «Jean-Louis» et le «Verre d’or».
18 oct. 2015, 23:50
/ Màj. le 30 nov. 2015 à 11:31
Mont-sur-Rolle, Rue Mont-le-Grand 29, Domaine du Vieux Toit, Vendredi 16 octobre 2015, Antoinette Monnard, concours de dégustation de Vins, elle remporte le chapeau noir, Photos Céline Reuille Antoinette Monnard

Jocelyne Laurent

jlaurent@lacote.ch

«Le Chapeau noir, c’est un peu le Graal des concours de dégustation. Si on va au Comptoir pour participer au «Jean-Louis», c’est pour essayer de gagner le chapeau! Je suis ravie d’y être parvenue!» Vendredi soir, Antoinette Monnard savourait sa victoire, en compagnie de son mari Raymond, dans le caveau du Domaine familial du Vieux Toit. Autour d’un verre de chasselas, accompagné d’un cake salé confectionné par la maîtresse des lieux. «Le chasselas, c’est le meilleur des cépages», affirmait-elle.

Antoinette Monnard a été sacrée meilleure dégustatrice du Comptoir Suisse 2015. Elle est ainsi, depuis 1963, la troisième femme à se distinguer lors du très prestigieux concours «Jean-Louis» (lire encadré). Eliane Henchoz, en 1977, et Laurence Fauquex, en 2013, toutes deux de Riex, avaient coiffé le fameux et très convoité Chapeau noir. «Je suis la première femme de La Côte», se réjouissait la vigneronne montoise. Mais ce n’est pas là son seul fait d’armes.

Antoinette Monnard a en outre remporté le Verre d’or dans la catégorie féminine, autre concours de dégustation. La Montoise a reçu ces deux distinctions mardi dernier, dans le cadre de l’Expo de Coss. «La révolution féminine est engagée», a commenté alors Nicolas Joss, directeur de l’Office des vins vaudois.

Hors sérail

Si Antoinette Monnard se réjouit qu’il y ait de plus en plus de femmes qui se lancent dans la dégustation, elle n’estime pas pour autant qu’il s’agit d’une révolution mais plutôt d’une évolution des mentalités, réjouissante certes, mais qui n’a rien pour elle d’un combat pour la cause féminine. «Je ne suis pas une hypermilitante. Si je participe à ces concours de dégustation, c’est par plaisir et par jeu», explique-t-elle.

Néanmoins, même si Antoinette Monnard estime que les femmes sont des dégustatrices chevronnées, elle a tout de même eu besoin d’un petit coup de pouce pour se lancer plus avant. C’est son fils Romain qui l’a incitée à participer au concours de dégustation du Comptoir, alors que jusque-là, elle se contentait d’accompagner son mari avec qui elle travaille sur le domaine viticole depuis leur mariage en 1978. «Je suis une vigneronne pratiquante, sans papier!», rigole-t-elle.

«Sauvée par Jean-Louis»

La Montoise, qui n’est pas issue d’une famille de vignerons, a le triomphe modeste. Si son excellent résultat actuel sanctionne de nombreuses années à s’exercer à la dégustation – d’abord en famille, puis à l’occasion d’événements régionaux, plus intensément depuis 2005, lors de concours de dégustation vaudois, pour finir par rejoindre un groupe de dégustatrices, dont fait également partie la Chapeau noir 2013 Laurence Fauquex – Antoinette Monnard affirme que la chance y est pour quelque chose «Il faut avoir du plaisir à déguster, se faire ses propres points de repère et avoir de la chance aussi. Les concours de dégustation sont une leçon d’humilité: un jour c’est bien, un jour, c’est médiocre. D’ailleurs ma saison passée n’a pas été formidable – les épreuves du Verre d’or ont lieu sur une année –c’est Jean-Louis qui m’a sauvée!»

Intronisée au Guillon

Malgré sa modestie, la Montoise a des aptitudes qui ont rapidement payé. «Elle a un bon palais, une bonne mémoire du goût», explique son mari. En 2007, déjà, elle remportait le Verre d’or dans la catégorie féminine, notamment, le Verre d’argent toutes catégories en 2008, parmi tant d’autres récompenses qui garnissent désormais le caveau. Dans ce contexte, le Chapeau noir est une forme de consécration. Pour preuve, Antoinette Monnard sera honorée par la noble Confrérie du Guillon pour la distinction obtenue.

Mais la Montoise ne va pas s’arrêter en si bon chemin. «Mes deux hommes m’ont fixé deux objectifs: gagner le Verre d’or toutes catégories, où concourent les hommes, ainsi que la statue du «Jean-Louis»». Car le Chapeau noir ne s’obtient qu’une seule fois. Après, les concurrents ont la possibilité de remporter une statue s’ils obtiennent 45 points.

par Jocelyne Laurent