Réservé aux abonnés

Daniel Rossellat, syndic à peine contrarié

L’entrepreneur reste à la tête de la Municipalité. Bien que fragilisé par la montée du centre-droit, il assure conserver ses marges de manœuvre.
07 avr. 2016, 23:53
/ Màj. le 08 avr. 2016 à 00:01
Nyon, lundi 21 mars 2016
Posée des cloches de 1446 et 1617 par les élèves de l'école du centre-ville, dans le beffroi du Temple de Nyon. Discours de Daniel Rossellat, syndic sortant de Nyon

Sigfredo Haro

propos recueillis par Rodolphe haener

rhæner@lacote.ch

A la tête de l’exécutif nyonnais depuis ses débuts en politique en 2008, Daniel Rossellat a de nouveau été réélu au premier tour des élections. La droite n’a ainsi pas souhaité challenger son poste de syndic. Entretien.

Avez-vous été déçu du résultat de ces élections?

Par rapport à ce que j’avais imaginé, disons que la situation n’est pas idéale. Mais je peux parfaitement vivre avec ce nouvel équilibre des forces.

Vous y attendiez-vous?

C’est un résultat imprévu mais pas imprévisible. Il y avait, dans ma vision, une logique à partir à 4 ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois