Du verger au "Land art"

Joël Brocher, agriculteur, a transformé ses pommiers en oeuvres d'art.
07 août 2015, 11:34
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_7223105.jpg

Joël Brocher est agriculteur à Grens. Pour redonner vie à ses vieux pommiers, il a eu une idée surprenante. " J'ai arraché mes arbres et j'ai décidé d'en laisser une vingtaine que j'ai transformés en oeuvres d'art il y a un mois ", révèle l'homme de 51 ans, passionné d'art contemporain. Des "squelettes" qu'il a tout d'abord habillés de rouge avec une peinture à la chaux, en hommage, dit-il, au sol de Roland-Garros. " Je compose en fonction de mon inspiration du moment. Aujourd'hui, je prépare une petite surprise pour Paléo. "

Des créations étonnantes, fruits de son imagination débordante, sont ensuite venues enrichir ce paysage surnaturel. C'est le cas par exemple de cette cage à oiseau en roseau de Chine ou de ce cadre en filet anti-grêle, installé samedi dernier avec des copains. " J'ai été inspiré par l'oeuvre d'un artiste qui a dressé une toile blanche derrière un arbre dans le désert , précise-t-il. Je n'ai rien inventé. J'essaie juste d'exprimer ce que je ressens en fonction de ce que je vois. "

Un amour de la matière

Et l'artiste n'en est pas à son premier coup d'essai: " En 2008, j'ai organisé une parade d'éléphants à travers le village. Des petites figurines en terre cuite que j'ai fabriquées dans mon atelier de poterie. Les gens ont trouvé ça super, ce qui m'a encouragé à continuer , explique-t-il. Un amour de la matière transmis par son grand-père, forgeron. J'ai toujours été sensible au travail des artisans. Alors j'ai essayé de faire plusieurs choses avec les moyens du bord. "

Mais Joël Brocher a su garder les pieds sur terre: " Je suis un agriculteur avant tout. Je ne cherche pas à être célèbre. J'ai juste besoin de créer pour me sentir bien. Si mes oeuvres plaisent tant mieux, sinon tant pis. Une chose est sûre, elles ne laissent pas indifférent. Sur la route de Signy à Grens, des voitures ralentissent, d'autres s'arrêtent pour apprécier le tableau. On me demande souvent ce que j'ai fait avec mes arbres. Mais les réactions sont plutôt positives jusqu'à présent , affirme-t-il avec enthousiasme. Inutile d'interroger l'agriculteur sur le sens de son ouvrage, il préfère cultiver le mystère. Car c'est aussi ça, l'art. J'aime surprendre les gens et partager avec eux leurs impressions. C'est pourquoi, je préfère exposer ici plutôt que dans une salle privée. "

Un musée à ciel ouvert où les oeuvres évoluent au fil des saisons, en toute simplicité. " La grêle a endommagé une partie de la peinture. Je n'ai rien touché parce que j'aime le fait que mes créations vivent, qu'elles se transforment au gré du temps. Des rencontres aussi. J'organise des vernissages sauvages le soir. Certaines personnes me font des suggestions et je les écoute. C'est ça qui est drôle aussi ", dit-il dans un sourire. Pas question pour autant de choquer. En bon père de famille, Joël Brocher tient à rester soft . " Je pensais mettre une Barbie et un Ken dans une cage. Mais je vais d'abord demander l'avis de ma fille de 13 ans. " L'exposition devrait durer aussi longtemps qu'elle plaira à son auteur, un homme d'instinct.