Réservé aux abonnés

L’alchimie d’une vendange spéciale

De mémoire de vigneron, jamais le taux de sucre du blanc n’a été aussi élevé. Un bon présage pour le futur cru.
18 oct. 2015, 23:50
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Féchy, mercredi 14.10.2015, portrait de Pierre-Yves Kursner, vigneron à Féchy, photos Cédric Sandoz

Sylvie Ruffet

info@lacote.ch

Les vendanges sont terminées. Les grappes de raisin gorgées du soleil d’un été caniculaire ont toutes été récoltées. Si la sécheresse estivale a eu pour conséquence de produire de plus petits grains, donc moins de tonnage, ces derniers ont atteint, avec la chaleur, un degré de maturité exceptionnel. Les fruits du futur millésime présentent un degré de sucre aussi remarquable qu’extraordinaire. Pierre-Yves Kursner, viticulteur-caviste à Féchy donne le ton. «Ce que l’on vit là, c’est un vrai truc de fou. Même en allant chercher loin, c’est du jamais vu, particulièreme...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois