La Ville de Nyon met à disposition un terrain pour les requérants

L'Etablissement vaudois d'accueil des migrants (EVAM) pourrait disposer d'un terrain dans le quartier des Tines à Nyon pour recevoir les requérants d'asile.
07 août 2015, 11:42
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Le bâtiment de l'EVAM à Nyon devrait se trouver dans le quartier des Tines.

« Nous assumons notre responsablité ». C’est ainsi que le syndic Daniel Rossellat a justifié la proposition de la Municipalité de mettre à la disposition de l’Etablissement vaudois d’accueil des migrants (EVAM), sous forme d’un droit de superficie d’une durée de cinquante ans, un terrain appartement à la commune dans le quartier des Tines.

L’idée de l’Evam est de construire un bâtiment de 33 logements pour accueillir une population mixte, de couples, de familles et de personnes seules. Ces personnes seront en grande majorité au bénéfice d’une admission provisoire en Suisse ou requérants d’asile. Certains seront autorisés à travailler, ce qui constitue un important facteur d’intégration, souligne le communiqué.

L’EVAM assurera une présence régulière sur place. En collaboration avec les différents services de la Ville, un local communautaire modulable et un espace de jeu extérieur, accessible à tous, seront réalisés par l’EVAM afin de favoriser l’intégration du bâtiment et de ses futurs habitants dans le quartier.

Vie en sous-sol

Une telle construction avait déjà été envisagée en 2010, mais cette fois-ci par la Fondation Esp’Asse sur l’un de ses terrains, en partenariat avec l’EVAM et la commune. Des riverains qui craignaient la présence de requérants dans un quartier composé de nombreux écoliers avaient fait capoter le projet, mettant en avant une question de servitude de passage.

En faisant cette proposition, la Municipalité ne souhaite plus que de nouveaux étrangers soient hébergés dans un abri PC comme ce fut le cas à Nyon de janvier 2009 à février 2012. Une vie « en sous-sol » qui avait généré au fil des mois une augmentation des incivilités.

Les modalités de construction et d’exploitation de ce bâtiment feront l’objet d’une convention entre les deux parties. Si le Conseil communal octroie le droit de superficie, l'EVAM table sur un délai de deux ans pour construire le bâtiment. Son coût est estimé à ce stade à six millions, a précisé Erich Dürst, directeur de l'EVAM.

Le nombre de requérants d’asile attribué au canton de Vaud est très variable et dépend de la situation migratoire internationale.

A ce jour, il manque encore à l’EVAM environ 500 places d’hébergement. Actuellement, le nombre de bénéficiaires de l’établissement domiciliés sur la Côte et en ville de Nyon en particulier se situe en dessous de la moyenne cantonale, rappelle le communiqué.

 

 

 

 

 

« Nous assumons notre responsablité ». C’est ainsi que le syndic Daniel Rossellat a justifié la proposition de la Municipalité de mettre à la disposition de à l’Etablissement vaudois d’accueil des migrants (Evam), sous forme d’un droit de superficie d’une durée de cinquante ans, un terrain appartement à la commune dans le quartier des Tines. L’idée de l’Evam est de construire un bâtiment de 33 logements pour accueillir une population mixte, de couples, de familles et de personnes seules.

Inter/Un premier projet avait échoué
Une telle construction avait déjà été envisagée en 2010, mais cette fois-ci par la Fondation Esp’Asse sur l’un de ses terrains, en partenariat avec l’Evam et la commune. Des riverains qui craignaient la présence de requérants dans un quartier composé de nombreux écoliers avaient fait capoter le projet, mettant en avant une question de servitude de passage.
En faisant cette proposition, la Municipalité ne souhaite plus que de nouveaux étrangers soient hébergé dans un abri PC comme ce fut le cas à Nyon de janvier 2009 à février 2012. Une vie « en sous-sol » qui avait généré au fil des mois une augmentation des incivilités. Mcf