Réservé aux abonnés

Mies a mal à sa facture péréquative

La commune de Terre Sainte fait face à une situation fiscale ubuesque. Les rentrées seraient inférieures à la facture de la péréquation.
09 déc. 2016, 00:34
/ Màj. le 09 déc. 2016 à 00:01
Mies, vendredi 1er décembre 2016, photos intemporelles, photos prétexte, maison de commune, bâtiment communal, photos Cédric Sandoz

gregory balmat

gregory.balmat@lacote.ch

«Un problème de commune riche». La formule est souvent utilisée pour qualifier les petits tracas des localités financièrement prospères, comme celui, par exemple, d’un référendum portant sur l’esthétique de nouveaux lampadaires. Mais cette fois-ci, la donne est bien différente pour Mies qui doit faire face à une situation particulièrement périlleuse d’un point de vue budgétaire. Et curieusement, c’est l’arrivée, en 2015, d’un richissime citoyen qui provoque ce ramdam. Couplé au taux d’imposition myarolan particulièrement bas (49%) la présence de ce contri...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois