Paléo et ses billets, l'exception

Différentes stratégies existent pour optimiser la billetterie des festivals. En ouvrant sa vente huit jours après la sortie de la programmation, Paléo est un cas à part.
07 août 2015, 11:18
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_7020870.jpg

Il ne reste plus que quelques milliers de billets à vendre pour la 38 e édition du Paléo festival (lire encadré). Presque la routine pour des organisateurs qui n'ont pas à se soucier du remplissage de la plaine de l'Asse chaque été. Depuis 2000, le rendez-vous nyonnais se déroule à guichets fermés. Ce succès offre le luxe aux organisateurs de pouvoir ouvrir la billetterie huit jours après l'annonce de la programmation. "Nous sommes quasiment les seuls en Europe à pouvoir nous le permettre" , se félicite Christophe Platel, responsable du service de presse. Dans un marché des festivals très concurrentiel, tous doivent tous faire preuve d'ingéniosité pour écouler leurs places. Passage en revue de quelques stratégies.

Paléo

A Nyon, excepté quelques centaines d'abonnements mis en vente avant Noël au Paléo Shop, la billetterie est lancée huit jours après l'annonce de la programmation, et ce depuis plusieurs années. Un luxe dû au fait que le festival n'a pas "besoin" de surfer sur la conférence de presse qui dévoile la programmation. "La formule permet aux gens de se concerter pour savoir quels soirs ils souhaitent se rendre à Paléo, explique Christophe Platel. La formule fonctionne très bien." Les programmateurs se sont, par ailleurs, souvent réjouis d'offrir une affiche variée mais ciblée, qui favorise les artistes talentueux sur scène. Certains grands noms, garantissant au festival d'être complet en quelques minutes, n'auraient ainsi jamais été invités car leur show ne serait pas "digne" du festival. "Nous essayons d'aller voir tous les artistes avant leur venue à Nyon" , se plaît d'ailleurs à préciser Jacques Monnier, responsable de la programmation. Tant que le système fonctionne, les organisateurs comptent poursuivre sur cette voie.

Caribana

Du côté de Crans-près-Céligny, la stratégie est toute autre. Outre la centaine de billets liquidés avant Noël, les organisateurs débutent les ventes au fur et à mesure des annonces. "De toute façon, il devient compliqué aujourd'hui de retenir toute la programmation, explique Denis Hanhart, qui s'occupe de la billetterie. Nous partons de l'idée qu'on ne sera pas rapidement complet. Du coup, notre public a tout de même le temps de se décider." Pour l'édition 2013 (du 5 au 9 juin), les chiffres sont réjouissants. Il ne reste plus qu'entre 1500 et 2500 billets à vendre pour les soirées de jeudi, vendredi et samedi. Les prix ont augmenté de huit francs dès le 10 avril. La soirée de mercredi (Skunk Anansie en tête d'affiche) a un peu plus de peine à décoller.

Rock'Oz Arènes

Le festival d'Avenches attirera David Guetta le 16 août pour sa 22 e édition. Vu l'aura du DJ français, le public s'est rué sur les billets dès l'annonce de sa présence, le 14 décembre dernier. "La soirée était complète en trois semaines, sourit Guillaume Chardonnens, responsable de la billetterie. Pour nous, il est intéressant de mettre en vente le plus tôt possible, comme nous l'avons également fait pour Michel Sardou fin janvier. Les billets se sont bien vendus lors de l'annonce, puis lorsque nous avons dévoilé notre affiche le 4 avril. C'est un matelas de sécurité. Mais cela ne fonctionne qu'avec des artistes très grand public. Nous souhaitons que le public achète ses billets avant que les deux grands que sont Paléo et Montreux Jazz dévoilent leur prog'." Revers de la médaille, certains spectateurs regrettent de devoir acheter des places avant de connaître l'entier de l'affiche d'un soir, par peur de se retrouver pris de court.

Montreux Jazz

Sur la Riviera, si quelques sésames pour les concerts de Prince ont été mis en vente avant le 18 avril, date de la présentation du programme, la plupart des billets se retrouvent sur le marché dès le lendemain. Un système qui permet au festival de profiter de l'"effet d'annonce".