Rolle: les hackers s’attaqueront à d’autres villes suisses si possible

Les hackers de «Vice Society» ont assuré qu’ils n’utiliseraient pas eux-mêmes les données volées à la commune de Rolle. Cependant ils assurent vouloir attaquer d’autres villes suisses.
06 sept. 2021, 09:54
/ Màj. le 06 sept. 2021 à 09:54
Les hackers ont assuré que la commune de Rolle n'était pas entrée en négociation avec eux.

Les hackers qui ont ciblé la commune de Rolle n’exploiteront pas eux-mêmes les données publiées sur le darknet. Ils avertissent en outre qu’ils attaqueront d’autres villes suisses, s’ils ont accès.

A lire aussi: Piratage: Rolle s'explique sur les milliers de données volées et publiées sur le darknet

«Les données des citoyens seront utilisées dans le darknet par d’autres personnes. Peut-être que les données de quelqu’un seront utilisées pour des crédits, peut-être pour un autre criminel», indique le groupe de hackers qui se fait appeler «Vice Society» dans une interview publiée lundi dans Le Temps. Et de préciser: «nous ne nous en soucions pas. C’est le problème de Rolle».

Ils expliquent qu’ils téléchargent les données des entreprises qu’ils piratent et les publient si les données ou l’entreprise sont intéressantes. «Nous ne vendons pas de documents, nous gagnons de l’argent d’une autre manière», précisent-ils.

Aucune négociation

Les hackers confirment que la commune de Rolle n’est pas entrée en contact avec eux et qu’il n’y a pas eu de négociations, ce que les autorités communales avaient déjà indiqué.

Interrogés sur de potentielles attaques contre d’autres villes ou entreprises suisses, ils répondent que, s’ils ont accès à d’autres villes suisses, ils les attaqueront et précisent que ça n’a pas d’importance pour eux que la cible soit une entreprise, un hôpital, une ville.

Les hackers s’en sont pris à la commune de Rolle dans la nuit du samedi 29 au dimanche 30 mai. Selon la commune, le volume de données piraté représente environ 32 Go, soit 1,6% de la quantité totale de données qu’elle possède, dont 64 boîtes emails. Une plainte pénale contre X a été déposée le 14 juin.