Trop chère, la station de vélos

La demande de crédit de 172'000 francs pour installer des supports et une station de deux-roues n'a pas été acceptée.
05 août 2015, 16:44
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_5984577

bianconcini@lacote.ch

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le Conseil communal de lundi soir fut animé. La demande de crédit de 172 000 francs pour l'ouverture d'une station de vélos en libre-service et la pose de supports pour les deux-roues à la gare et dans divers sites stratégiques du bourg de Coppet a été refusée à deux voix près.

Le projet englobait l'acquisition de 16 vélos, pour la moitié électrique. Six stations sont aussi envisagées dans les communes avoisinantes, soit: Mies, Commugny, Founex, Chavannes-de-Bogis (centre commercial) et Divonne.

La Municipalité souhaitait s'engager dans une politique favorisant le développement durable. Dans cette optique, elle désirait se doter d'une infrastructure répondant aux besoins des habitants utilisant des moyens de transport propres.

 

Cri du coeur d'un conseiller

 

Le montant a interpellé le conseiller Patrice Girardi qui s'est dit sidéré par le prix. "172 000 francs pour 16 vélos: si on enlève 12 000 francs pour les abris sécurisés, il reste 160 000 francs, soit 10 000 francs par vélo! Au bout de 5 ans, ces vélos vont coûter 2 millions. Ce montant est totalement démesuré. Je pense qu'il faut refuser ce préavis."

Une critique que le syndic Gérard Produit a entendue, puisqu'il a concédé que le coût était élevé, mais il a prié le Conseil de mettre dans la balance " l'environnement et la qualité de vie. Je pense qu'il s'agit d'un signal important. On investit pour la jeunesse, même si je l'espère, vous utiliserez aussi ce service."

Lors du débat, d'autres conseillers se sont élevés contre le projet jugé trop onéreux, tout en précisant qu'ils étaient séduits par le système mis en place. "Et si on allouait une somme à toutes les personnes intéressées à s'acheter un vélo? a proposé l'un d'entre eux. Le travail de la commune consisterait à mettre en place des emplacements sécurisés." Pour d'autres élus, le projet était intéressant mais arrivait un peu tôt.

Le conseiller Reto Camponovo a relevé que la discussion posait le Conseil devant ses responsabilités. "La gare de Coppet a une position stratégique. Je rejoins le syndic. Il faut voir au-delà de l'aspect financier. Coppet ne doit pas devenir la place de parc de Terre Sainte. Je vous invite à dépasser la question financière, c'est un investissement pour l'avenir."

Franco Formenti a suggéré un amendement, soit de scinder le préavis en deux. Il proposait à ses collègues de se concentrer sur l'installation de supports à vélos à Coppet et de laisser de côté le projet de station de libre-service à la gare. Les conseillers ne l'ont pas suivi. Au moment du vote, le préavis a été refusé par 23 non, 21 oui et 3 abstentions.

 

Nouvelle mouture en automne

 

A l'issue du Conseil, le syndic a partagé sa déception . "Sur le principe, les conseillers sont à peu près tous convaincus que le vélo doit être mis à l'honneur. C'est la réalité économique qui rattrape une vision d'avenir. On va retravailler le projet. On ne s'arrête pas là. C'est dommage, on retarde les réseaux de toutes les communes de Terre Sainte. Une nouvelle mouture sera vraisemblablement présentée au Conseil à la rentrée."