Un ancien prêtre nyonnais comparaît devant la justice pour actes d'ordre sexuel sur mineurs

Le procès d'un ancien prêtre nyonnais s'est ouvert ce lundi. L'homme, défendu par Jacques Barillon, est accusé d'actes d'ordre sexuel sur ses deux petites filles.
07 août 2015, 11:58
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Le recours de clients du Crédit Suisse a été rejeté par le tribunal fédéral.

Le Tribunal correctionnel de l’arrondissement de La Côte a à juger une affaire délicate. Ce lundi, un ancien prêtre nyonnais, aujourd’hui retraité, comparaît devant la justice pour des accusations d’ordre sexuel sur des enfants. Le prévenu aurait fait subir à ses deux petites-filles, alors mineures, et aujourd’hui âgées de 20 et 23 ans, des attouchements, et ce à plusieurs reprises.

Le procès se tient en présence du prévenu, de son fils et de sa belle-fille et de leurs deux filles - qui seraient les victimes du grand-père. Le prévenu est défendu par Maître Jacques Barillon.

D’entrée de cause, le ténor du barreau a requis un rapport d’expertise concernant les deux jeunes filles, arguant que les deux jeunes filles souffraient de «graves pathologies». Sans cette donne, il risquerait d’y avoir «déni de justice », a-t-il déclaré. Le Tribunal ne lui a pas encore répondu, alors que les avocats de la partie plaignante s’opposent à la requête de l’avocat.

Après ce long préambule, la fin de la matinée a été consacrée à une partie de l’audition du prévenu. Là aussi Me Barillon s’est distingué, lorsque les avocats interrogeaient son client. Sur la plupart des questions, il a opposé une fin de non recevoir. Les questions portaient sur des faits prescrits, notamment, selon lui. Néanmoins, au cours de cette brève audition, le prévenu a confirmé ses déclarations lors de son audition. Il y faisait état notamment d’une «attirance physique» pour les jeunes filles et pour ses propres filles.
L’après-midi sera consacrée à l’audition de plusieurs témoins.