Un nouveau repreneur au Boeuf Rouge

José Fernandes, l'actuel propriétaire du Buffet de la Gare, à Gland, va reprendre la destinée de l'auberge communale d'ici la fin de cette année. Son souhait est d'y mettre une âme.
06 août 2015, 14:54
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_6486162.jpg

bianconcini@lacote.ch

C omme nous l'avons indiqué sur notre site vendredi, l'auberge communale de Crassier le Boeuf Rouge aura bientôt un nouveau tenancier. Il s'agit de José Fernandes, propriétaire du Buffet de la Gare à Gland. "Mon but est de remonter l'auberge, d'y mettre une âme", confie-t-il avec passion face à ce nouveau challenge.

Le Buffet de la Gare, à Gland, va en effet fermer ses portes d'ici la fin de l'année en vue d'y construire un nouvel hôtel. "Comme les travaux sont prévus pour une durée d'environ deux ans, j'avais d'abord pensé arrêter durant la période de construction, et surveiller l'avancement du chantier. Et puis j'ai entendu qu'un tenancier était recherché pour l'auberge communale de Crassier. C'était vraiment l'opportunité. De plus, le contact que j'ai eu avec les autorités politiques s'est très bien passé" , raconte José Fernandes.

 

A la recherche rapide d'un nouveau tenancier

 

Serge Melly, syndic de Crassier confie pour sa part que la Municipalité était à la recherche d'un repreneur rapidement. "On n'avait pas l'intention de laisser l'auberge communale fermée trop longtemps, souligne-t-il. Il ajoute avec satisfaction qu' il faut quand même relever que c'est rare de trouver quelqu'un de cette réputation aussi rapidement. Cela nous a permis de nous retourner. En un mot, on peut dire que les deux parties se sont bien rencontrées. C'est bien tombé comme cela."

La date d'arrivée du nouveau tenancier n'est pas encore fixée définitivement. "Je ne sais pas encore. Au plus tôt, mi-novembre, voire début décem bre" , confie José Fernandes.

Un tenancier qui se dit heureux de relever un nouveau défi, après avoir passé vingt ans aux commandes du Buffet de la Gare. Il veut s'investir pleinement dans cette nouvelle aventure. "Je veux moi-même être content et que les clients soient heureux.". Et en plus, l'auberge, rénovée depuis un peu plus d'une année compte également quatre chambres, ce qui lui permettra de se lancer dans une gestion hôtelière, une nouveauté pour lui, comme il le relève.

 

Volonté d'offrir une cuisine simple au café

 

Pour le reste, comme à Gland, il offrira une cuisine du terroir. "Je mise sur une cuisine avec des mets plus simples au café. Il faut que les gens de la région puissent se retrouver dans une ambiance de bistrot, devant un verre de vin blanc du coin, bref qu'ils se sentent bien."

Comme l'auberge est plus petite que le Buffet de la Gare, toute sa brigade ne pourra pas le suivre. "On va commencer petit, et après on verra." Il souligne prendre à coeur ce nouveau virage dans sa carrière. "Il est prévu que je reste deux ans, mais ce n'est pas possible de laisser tomber ce que l'on va créer. Il faut aller jusqu'au bout. Je vais former quelqu'un qui pourrait rester à Crassier, tout est possible."